Fond bleu

Jouer sa vie : Aidez-moi, je suis une artiste (5e billet)

01 décembre, 2015
Paul Cranford et Sarah Beck aident Maria Millar à apprendre son premier strathspey.
Paul Cranford et Sarah Beck aident Maria Millar à apprendre son premier strathspey. Photo: Shawn Wyckoff & Maria Millar

J’ai toujours gagné ma vie comme artiste de la scène indépendante. Je ne suis pas familière avec les emplois de 9 à 5, et je ne sais pas ce que c’est que de me lever tôt, d’avoir une routine ou même d’enseigner sur une base régulière. Nous, les artistes, avons une chose en commun – nous avons besoin d’aide! Financement, engagements, hébergement, remue-méninges, troc, observation, écoute, rétroaction, encouragements… c’est la base de notre succès : demander et recevoir.

J’ai toujours cru que j’avais de la difficulté à demander de l’aide parce que je voulais être celle qui aide plutôt que celle qu’on aide. J’en suis venue à réaliser, toutefois, que c’est le fait d’être une adulte qui rend si difficile de demander de l’aide. Quand on est enfant, on ne peut survivre sans aide. Un des avantages de grandir, c’est de pouvoir arrêter de demander – et de devenir indépendant!

La vérité, c’est qu’on ne cesse jamais de recevoir de l’aide. Mais que la plupart du temps, nous n’avons pas à formuler de demande en ce sens. Au cours de tous les voyages que j’ai faits, j’ai rarement rencontré un adulte qui n’était pas prêt à donner, tout à fait gracieusement, d’une manière ou d’une autre (p. ex. du temps, de l’argent, des connaissances, des conseils). Il n’est toutefois pas fréquent de rencontrer quelqu’un prêt à recevoir aussi aisément.

Permettez-moi – en toute humilité et en tant qu’artiste ayant bénéficié de beaucoup de soutien – d’expliquer les raisons pour lesquelles tout le monde devrait accepter d’être aidé :

  1. Vous recevez déjà de l’aide, aussi bien le reconnaître ]
  2. Vous faites en sorte que les gens qui aident se sentent bien
  3. Vous inspirez les gens à continuer à donner et à donner davantage
  4. Vous vous sentez aimé
  5. Vous êtes en lien avec quelqu’un, au lieu d’être seul
  6. Vous repérez et appréciez l’aide de façon exponentielle – vous commencez à la voir partout (p. ex. dans un sourire, une route déjà pavée, une porte que quelqu’un tient pour vous, une tenue magnifique que quelqu’un arbore et qui contribue à égayer votre journée)
  7. Vous vous sentez riche, privilégié, chanceux
  8. Vous ne vous sentez pas utilisé
  9. Vous devenez un meilleur donneur
  10. Vous faites davantage confiance et avez moins peur
  11. Vous aimez l’humanité

Accepter l’aide, c’est pratiquer la gratitude. Étant critique de nature, la gratitude constitue pour moi une protection contre le négativisme. Lorsque je broie du noir, je me mets à penser à ceux qui m’ont aidée et je n’ai pas le temps de me rendre au bout de la liste – Shawn, mes chats Tiger et Ninja – avant que je ne commence à me sentir comblée de gratitude.

Je crois que je viens de mettre le doigt sur une habitude récurrente dans ma vie, ah ah!

Voici quelques photos des gens qui m’ont aidée au cours des derniers mois :

Archie McDonald

J’ai mis une semaine à me remettre de ma première rencontre avec Archie McDonald à l’occasion d’un de nos concerts – ses deux pouces relevés, son sourire et son déhanchement sont contagieux! L’esprit de générosité d’Archie me porte à ouvrir mon cœur.

Norv Carr

J’ai appris à marcher sur la pointe des pieds en présence des techniciens de son (qui sont parfois grincheux). Norv Carr – notre technicien de son au Acorn Theater ce mois-ci – était si accueillant et généreux que j’ai décidé d’avoir moins peur... au Michigan, à tout le moins!

Terry Boyarsky

Toutes les fois que nous nous rendons dans l’Ouest en tournée, nous savons qu’un hébergement et de la bonne humeur nous attendent chez Terry Boyarsky du Russian Duo. Et même la chatte Lucy est toujours accueillante avec Tiger et Ninja!

Michael Millar

Le 29 octobre, c’est la journée Michael Millar. C’est la journée où mon frère nous a convaincus, Shawn et moi, de former un duo; il a pris des photos de nous et a créé notre site web. Le pouvoir de traction de Michael, qu’on surnomme « la mule », équivaut à celui de 4 hommes ou d’un chariot élévateur à fourche. Cerveau + muscles = ça n’a pas de prix.

Anna Millar

Anna Millar, ma sœur, n’hésite pas à prendre congé de son travail pour nous rejoindre en tournée, filmer nos spectacles ou nous aider lors d’une conférence sur les arts de la scène. Les séquences filmées d’Anna ont donné lieu à de nombreux engagements, et son don d’empathie fait que c’est un plaisir de partager avec elle nos nouvelles chansons et nos nouvelles idées.

Maria Millar
Maria Millar

filmer et composer

Jouer sa vie est une série de chroniques rédigées par Maria Kaneko Millar qui relate la création de Four Seasons Rising, un projet financé par le Conseil des arts du Canada dans le cadre duquel elle parcourt le Canada et les États-Unis – Nouvelle‑Écosse, Floride, Nunavut et Californie – pour faire des recherches, filmer et composer une œuvre symphonique pour Sonic Escape et un orchestre. Maria est violoniste et compositrice au sein de Sonic Escape, un duo formé de deux diplômés de Juilliard qui marient pièces hyperinstrumentales, histoires, mouvements de danse et œuvres originales, et dont la musique a été qualifiée, par le Washington Post, d’incroyablement imaginative, diversifiée, marquée par un sens incommensurable du plaisir. @sonicescape 

Mots-clés Histoires d'artistes