1. Accueil
  2. Engagements
  3. Autochtone
  4. Reconnaissance des territoires

Reconnaissance des territoires

Le Conseil des arts du Canada reconnaît que ses bureaux, à Ottawa, sont situés sur le territoire non cédé de la Nation algonquine anishinaabe, présente en ces lieux depuis des temps immémoriaux.

Le Conseil reconnaît que les Algonquins sont les gardiens et défenseurs traditionnels du bassin hydrographique de la rivière des Outaouais et de ses affluents. Nous saluons leur longue tradition d’accueil dont ont bénéficié de nombreuses nations dans ce magnifique territoire et nous nous engageons à défendre et à promouvoir la voix et les valeurs de notre nation hôte.

Le Conseil respecte et affirme les droits fondamentaux et issus de traités de tous les peuples autochtones de l’ensemble de ce territoire. Il souscrit et continuera de souscrire aux engagements que nous avons pris envers les nations et peuples autochtones quant à la reconnaissance de l’autodétermination et de la souveraineté.

Le Conseil reconnaît aussi l’oppression historique exercée sur les territoires, les cultures et les premiers peuples de ce qui est appelé aujourd’hui le Canada et il croit ardemment que les arts contribuent au processus de guérison et de décolonisation que nous poursuivons ensemble.

Cette reconnaissance territoriale a été rédigée par des membres de la communauté algonquine, et nous les remercions de leur générosité et de leur collaboration.

Le canot occupe une place toute spéciale, une place unique, dans la relation qu’entretiennent les peuples autochtones avec le territoire.

Le canot, qui est resté pratiquement inchangé au gré de ses milliers d’années d’existence, est désormais utilisé et apprécié par les Canadiennes et les Canadiens de toutes les générations. C’est un symbole durable de la présence autochtone et de la continuité culturelle, ainsi que de nos avenirs communs sur ces terres.

Les canots algonquins, comme celui-ci, sont faits d’écorce de bouleau et cousus avec des racines d’épinette. Leur construction témoigne de la relation entre les peuples algonquins et leur environnement, une relation fondée sur le respect pour les interrelations entre tout ce qui existe. Le canot représente la relation avec la Terre Mère et les cours d’eau, qui assurent sa survie.

Le canot, et l’idée même du canot, nous donnent l’occasion de prendre une pause et de réfléchir à ce lien absolument fondamental.

Canot en écorce de bouleau, exposé dans une galerie
The Algonquin Canoe, 2012, Daniel (Pinock) Smith, canot en écorce de bouleau, membrures de cèdre, pagaies en cèdre. Collection de la Banque d’art du Conseil des arts. Photo : Sandra Dyck