1. Médias
  2. Édifices et artifice, présentée en ligne et sur place au Pavillon du Canada à Venise

Édifices et Artifice : Pavillon du Canada

à la 17e Exposition Internationale d’Architecture – La Biennale di Venezia

17 mai 2021

OTTAWA, le 17 mai 2021 – Le Conseil des arts du Canada présente Édifices et artifice à la 17e Exposition Internationale d’Architecture - La Biennale di Venezia, du 22 mai au 21 novembre 2021. Le commissaire de l’exposition est David Theodore de l’Université McGill et elle est réalisée par le cabinet montréalais d’architecture et de design T B A / Thomas Balaban Architect. La participation officielle du Canada est organisée et généreusement appuyée par le Conseil des arts du Canada.

Édifices et artifice est une exposition internationale qui explore la façon dont on fait passer les villes canadiennes pour d’autres lieux à l’écran. Elle aborde l’identité architecturale… et ses impostures. Des rues du Canada aux écrans de télévision et de cinéma d’un peu partout dans le monde, Édifices et artifice recadre nos perceptions au sujet de l’environnement bâti. L’exposition est très pertinente par les temps qui courent, puisque l’architecture dans laquelle nous vivons est celle de cette ville mondiale générique que nous voyons sur nos écrans.

L’architecture du Canada est souvent présente au cinéma. Mais contrairement à Paris, à New York, à Istamboul ou à Rio de Janeiro, les villes canadiennes jouent rarement leur propre rôle à la télévision ou au cinéma. Toronto se substitue à Londres ou à Manhattan, tandis que Montréal se fait passer pour Moscou ou Paris. Comment la Corée du Nord peut-elle être représentée par Vancouver (L’interview qui tue de Seth Rogen) ou Tokyo par Toronto (Pacific Rim de Guillermo del Toro), et Winnipeg incarner une petite portion de la mythique Americana (L’Assassinat de Jesse James par le traître Robert Ford, mettant en vedette Brad Pitt)?

Édifices et artifice explore de nouvelles avenues pour l’architecture canadienne en célébrant les villes et les bâtiments protéiformes qui servent de doublures cinématographiques. Elle offre une contreproposition amusante à la glorification de l’identité nationale par l’architecture et le cinéma, s’attaquant aux traditions nationalistes bien établies de la narration documentaire voulant que les paysages naturels et urbains du Canada soient uniques. Critique ludique de l’autoprésentation culturelle, Édifices et artifice porte un regard sur les films en tant que sites éloquents de l’expérience, de l’expression et de l’authenticité architecturales.

Détails sur l'exposition

En raison de la pandémie de COVID-19, Édifices et artifice sera présentée sur place au Pavillon du Canada à Venise, mais aussi en ligne (lancement du site web le 22 mai).

Le Pavillon du Canada à Venise sera enveloppé d’un écran vert qui accentuera sa forme distincte tout en créant un nouvel édifice plein d’artifices, visible de partout dans les Giardini, site traditionnel des 29 pavillons représentant divers pays. L’équipe d’Édifices et artifice collabore avec l’équipe de design interactif dirigée par Jane Kate Wong ainsi qu’avec l’artiste en nouveaux médias Allison Moore pour insuffler une vie à cet emballage. Grâce à la technologie de l’incrustation couleur, des édifices canadiens célèbres prendront la place du Pavillon, ce qui permettra d’imaginer que ce coin de Venise se trouve au Canada. Les visiteurs sur place n’auront qu’à utiliser un code QR pour voir la toile se transformer en paysages urbains canadiens, le tout grâce à Instagram.

L’expérience en ligne d’Édifices et artifice comprendra des renseignements pour les visiteurs et pour les médias, ainsi qu’une boutique de marchandise créée en collaboration avec le concepteur de mode émergent Spencer Badu, sans oublier un aperçu de ce qui se trouve dans le Pavillon. Des vidéos montreront le hall, à Venise, ainsi que des extraits présentés dans la salle de visionnement.

Les visiteurs pourront aussi découvrir les édifices et les villes du Canada à travers le regard des cinéastes. Conçue comme une installation vidéo à quatre canaux, la salle de visionnement d’Édifices et artifice présentera des extraits de plus de 3000 films et émissions de télévision tournés au Canada, une création du monteur vidéo John Gurdebeke. On doit à Randolph Jordan, spécialiste du cinéma et praticien du multimédia, la trame sonore composée d’enregistrements ambiophoniques réalisés dans les édifices et les villes en question. L’installation a été créée en collaboration avec le concepteur sonore Florian Grond, le spécialiste de l’intégration audiovisuelle Éric Fauque et le graphiste Pawel Karwowski. Le cabinet de design intérieur canadien Atelier Zébulon Perron a aussi créé des meubles sur mesure pour l’installation.

Des entrevues exclusives avec des architectes, des réalisateurs et réalisatrices, des concepteurs et conceptrices de décors et d’autres gens du milieu viendront contextualiser l’exposition dans les réseaux sociaux et en ligne (lancement du site web le 22 mai). Attendez-vous à entendre des anecdotes fascinantes et détaillées de la part de David Cronenberg, d’Atom Egoyan, de Sook-Yin Lee, de Paul Austerberry, de Tamara Deverell, de Guy Maddin, de Douglas Coupland, d’Alanna Thain, de Claude Paré, et plus encore, et voyez de quelle façon le cinéma lève le voile sur l’architecture canadienne.

Dates à retenir

Le 20 mai à 13 h (HAE), le Conseil des arts du Canada organisera une inauguration virtuelle immersive pour célébrer Édifices et artifice dans le cadre de la 17e Exposition Internationale d’Architecture - la Biennale di Venezia. Les invitées et invités pourront explorer l’environnement 3D et assister à une présentation officielle par l’organisateur, l’ambassade du Canada en Italie, le commissaire et le présentateur.

Le 22 mai à 11 h (HEC), l’exposition en tant que telle deviendra accessible au public à Venise et en ligne (lancement du site web le 22 mai).

L’exposition Édifices et artifice a été retenue dans le cadre d’un concours avec jury. Le comité de sélection était formé de Mirko Zardini (architecte, ancien directeur général et conservateur en chef, Centre canadien d’architecture), de Kitty Scott (directrice adjointe et conservatrice en chef, Musée des beaux-arts du Canada), de Sasa Radulovic (architecte, 5468796 architecture, Winnipeg) et de Manon Asselin (architecte, Atelier TAG, Montréal).

L’exposition est conçue pour faire passer les visiteurs en mode cinéma afin qu’ils commencent à concevoir l’architecture à travers le prisme des écrans et des films, plutôt que par l’entremise de photos ou de dessins, ou d’une visite des bâtiments. Tout a été pensé pour les visiteurs qui n’ont jamais mis les pieds au Canada. Ceux-ci pourraient se dire : “J’ai vu ce film, mais je ne savais pas qu’il avait été tourné au centre-ville de Vancouver”. Nous avons bon espoir d’inspirer les gens à réfléchir à la signification de l’architecture et de l’identité canadienne dans ce monde connecté par les médias et les écrans, plutôt que par la culture.

David Theodore, commissaire, Édifices et artifice

Le cabinet d’architecture montréalais T B A, de même que le commissaire David Theodore et toute l’équipe d’Édifices et artifice sont incroyablement honorés d’avoir été sélectionnés pour représenter le Canada à la Biennale de Venise en architecture de 2021. Cette prestigieuse exposition mondiale est l’occasion tout indiquée de braquer les projecteurs sur les édifices et les lieux canadiens qui ont discrètement façonné nos récits cinématographiques. Édifices et artifice est une contreproposition ludique à la croyance que l’architecture est ancrée dans la géographie, le climat et l’histoire. Elle soulève la question : “Si Vancouver peut jouer le rôle de Prague en matinée et de New Delhi en après-midi, et si l’usine torontoise de traitement des eaux R.C. Harris incarne inévitablement un hôpital ou une prison sinistre, qu’est-ce que cela signifie?” Édifices et artifice nous montre comment l’architecture canadienne se substitue avec brio à d’autres lieux, et pousse les visiteurs à réfléchir à l’authenticité et à l’identité, en cette époque où le mélange entre les faits et la fiction devient de plus en plus important à l’écran.

Thomas Balaban et Jennifer Thorogood, concepteurs, Édifices et artifice

L’approche novatrice d’Édifices et artifice a le potentiel de joindre encore plus de personnes, issues de différents horizons, puisqu’il ne sera pas nécessaire de se rendre à Venise pour la voir. Cela sera aussi meilleur pour l’environnement. Nous avons besoin d’échanges internationaux comme celui-ci pour unir les gens de façon durable, pour que nous puissions bâtir ensemble un monde meilleur après la pandémie de COVID-19. Édifices et artifice témoigne du rôle crucial que l’architecture – de même que les arts et la culture en général – peut et doit jouer dans cette aventure commune qui nous attend. 

Simon Brault, directeur et chef de la direction, Conseil des arts du Canada

À propos du commissaire, David Theodore

David Theodore est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en architecture, santé et numérique à l’École d’architecture de l’Université McGill. Il codirige aussi le projet « Emerging Digital Methods for Architectural Research » à la Peter Guo-hua Fu School of Architecture. Critique dans le domaine du design ainsi que journaliste, il a notamment écrit pour les publications suivantes : RIBA JournalFrame, Log, et le Harvard Design Magazine. Il est aussi corédacteur au Journal of Architectural Education. Comme commissaire, il a participé à des expositions à la Vancouver Art Gallery, à la bibliothèque McLennan de l’Université McGill, chez Subtle Technologies, Power Plant, Design Exchange, et au Holland Bloorview Kids Rehabilitation Hospital.

À propos du commissaire, T B A

T B A est un cabinet d’architecture et de design fondé par Thomas Balaban en 2009. En partenariat avec Jennifer Thorogood, le studio montréalais allie pratique et recherche et produit des travaux uniques qui reflètent l’histoire de nos villes tout en proposant de nouvelles trajectoires pour leur aménagement. Les projets du cabinet ont été largement publicisés et ont remporté de nombreux prix au Québec et au Canada. En 2016, la revue Canadian Architect a nommé T B A parmi les talents émergents du pays. Thomas Balaban est professeur agrégé à l’École d’architecture de l’Université de Montréal.

À propos de l'organisateur, le Conseil des arts du Canada

Le Conseil des arts du Canada est l’organisme public de soutien aux arts du Canada. Son mandat est de soutenir et de favoriser l’étude et la diffusion des arts ainsi que la production d’œuvres d’art. Il promeut et soutient financièrement l’excellence artistique en offrant aux artistes professionnels et aux organismes artistiques canadiens une vaste gamme de subventions, de services, de prix et de paiements. Il contribue au dynamisme d’une scène artistique et littéraire vibrante et diversifiée qui suscite l’engagement des Canadiennes et Canadiens envers les arts, enrichit leurs communautés et atteint les marchés internationaux. Par ses activités de communication, de recherche et de promotion des arts, le Conseil accroît l’intérêt et l’appréciation du public pour les arts.

Le Conseil soutient fièrement la représentation du Canada à la Biennale de Venise en architecture depuis plusieurs années, et a récemment doublé son investissement, qui s’élève maintenant à 500 000 $. L’augmentation de cette contribution financière s’inscrit dans notre engagement stratégique à rehausser le profil international de l’art et des artistes canadiens.

Équipe d'Édifices et artifice

David Theodore (commissaire) + T B A (présentateur), Allison Moore (contenu vidéo interactif), Cameron Cummings (recherche et conception), Christeen Francis (sérigraphie), Ella Den Elzen (recherche), Éric Fauque (intégration audiovisuel), Eva Peng (conception interactive), Florian Grond (conception sonore et mixage), François-Matthieu Mariaud de Serre (recherche et conception), Hervé Laurendeau, (recherche et conception), Jane Kate Wong (conception interactive), Jennifer Thorogood (conception du projet), Joel Friesen (recherche et conception), John Gurdebeke (montage), Mikaèle Fol (recherche et conception), Nick Cabelli (recherche et conception), Pawel Karwowski (graphisme), Randolph Jordan (conception sonore), Remy Fortin (fabrication des maquettes), Rosayln Dunkley (fabrication des maquettes), Sarah Mackenzie (communications), Sergey Zakharov (développement web), Thomas Balaban (gestion de projet), Tim Sidock (collecte de fonds), Wipawe Sirikolkarn (conception interactive)

Partenaires et commanditaires

La présentation d’Édifices et artifice a été rendue possible grâce au soutien de SAJO, de l’Université McGill, de l’Université de Montréal, de l’Ordre des architectes de l’Ontario et de Panasonic Canada.

Images

Des images peuvent être téléchargées à partir du lien suivant : https://impostorcities.com/fr/#press
Source des images : Édifices et artifice

Web et réseaux sociaux

Site web officiel d’Édifices et artifice https://impostorcities.com/fr/
Mot-clic officiel d’Édifices et artifice : #EdificesEtArtifice2021
Facebook : @impostorcities
Twitter : @impostorcities
Instagram : @impostorcities
YouTube : @impostorcities
Site web du Conseil des arts du Canada : www.conseildesarts.ca 
Facebook : @CanadaCouncil
Twitter : @conseilartscan
Instagram : @conseilartscan

—30—

Demandes des médias

Communications et engagement

Courriel : media@conseildesarts.ca

613-239-3958

Sarah Mackenzie

gestionnaire des communications

Courriel : sarah@impostorcities.com

+1.514.293.7539