1. À propos
  2. Gouvernance
  3. Assemblée publique annuelle
  4. Assemblée publique annuelle – Vidéo

Assemblée publique annuelle – Vidéo

 

Description de la vidéo

Notre Assemblée publique annuelle s’est tenue le 26 janvier 2021 à 16 h (HNE). Comme plusieurs auditeurs et auditrices ont eu du mal à regarder la webdiffusion en raison de difficultés techniques, nous avons publié cette vidéo peu après l’événement. Cet enregistrement reprend l’événement tel qu’il a été présenté en direct, soit en français et en anglais. Vous pouvez lire la transcription complète de l’événement en français, de même que la transcription bilingue de l’événement.

Date de publication

28 janvier 2021

Voici une transcription bilingue de l’APA originale

[Narrator]

It provokes us.

It inspires us.

It stirs our imagination, feeds our creativity and sets us in motion.

It takes us places we never thought possible.

It is freedom, experimentation, pain and joy.

It creates new myths and reinvents old ones.

It soothes the wary and offers us hope, touches our very souls.

It breaks new ground, breaks down walls and brings us together.

Art connects us with ourselves and drives us forward, telling our stories and giving us voice.

Art shows us who we are.

Arts are part of us all.

[Michelle Chawla]

Welcome. Bonjour. Kwey-Kwey.

My name is Michelle Chawla. I’m the Director General of Strategy, Public Affairs and Arts Engagement at the Canada Council for the Arts.

I am delighted to welcome you to our 2021 Annual Public Meeting.

We were thrilled to hear from many of you that you would be joining us for this event. We feel fortunate to have such a dynamic online audience, people from across Canada and around the world, ambassadors, leaders from international arts and culture agencies, artists and arts workers representing a breadth of practices and from a diversity of communities, and passionate citizens who, like us, believe strongly in the important role of the arts in society.

I would like to begin by acknowledging that our offices are located on the unceded territory of the Anishinaabe Algonquin Nation, whose presence here reaches back to time immemorial.

The Council recognizes the Algonquins as the customary keepers and defenders of the Ottawa River Watershed and its tributaries. We honour their long history of welcoming many nations to this beautiful territory, and the Council is committed to upholding and uplifting the voice and values of our host nation.

Further, the Council respects and affirms the inherent and Treaty Rights of all Indigenous Peoples across this land. The Council has honoured and will continue to honour the commitments to self-determination and sovereignty that we have made to Indigenous Nations and Peoples.

The Council acknowledges the historical oppression of lands, cultures and the original Peoples in what we now know as Canada and fervently believes that the arts contribute to the healing and decolonizing journey we all share.

This land acknowledgement was developed by members of the Algonquin community and I thank them for their generosity and collaboration.

Au cours de la réunion d’aujourd’hui, des images défileront sur votre écran pour illustrer les propos des présentatrices et présentateurs. Les images présentées lors de la reconnaissance du territoire sont celles d’un canoë fabriqué à la main par Daniel Smith, un ancien algonquin. Le canoë est un symbole vivant de la présence autochtone et de la pérennité de ses cultures ainsi que de notre avenir commun sur cette terre.

Ce canoë se trouve dans l’espace Âjagemô du Conseil des arts du Canada à Ottawa.

Cette année, notre Assemblée publique est bien sûr toute particulière. Pour la première fois, en raison de la pandémie, elle est présentée en ligne seulement. Je tiens à vous assurer que la production de cette Assemblée respecte les directives émises par les autorités en matière de santé publique.

En ces temps difficiles, nos pensées se tournent vers les artistes, les organismes et leur personnel et toutes les familles qui ont subi les contrecoups de cette pandémie. Depuis le début de la COVID-19, le Conseil, soyez-en assurés, fait tout en son possible pour minimiser ces impacts au sein de la communauté artistique et pour l’appuyer.

Aujourd’hui, différentes personnes s’adresseront à vous et parleront des différents sujets qui ont marqué cette année et qui marqueront la prochaine.

Je serai la première à vous parler et je vous donnerai les grandes lignes des avancées de notre plan stratégique actuel et de nos travaux en vue de notre prochain plan stratégique.

Vous entendrez par la suite le président du conseil d’administration Jesse Wente, la directrice générale de la Division des programmes de subventions aux arts, Carolyn Warren et le directeur et chef de la direction du Conseil, Simon Brault.

Une période de questions suivra. Veuillez prendre note que les questions auxquelles nous répondrons nous sont toutes parvenues par courriel. Il nous est impossible de répondre à toutes les questions, mais si vous en avez d’autres, vous pouvez nous les faire parvenir à rétroaction@conseildesarts.ca après cette rencontre.

Vous pourrez aussi réécouter les différentes allocutions dans les deux langues officielles sur notre site d’ici la fin février.

J’aimerais remercier l’équipe de traduction simultanée, ainsi que les équipes d’interprètes de langue des signes en anglais et en français.

Notre ordre du jour est rempli alors commençons sans plus tarder.

At the outset of our 2016‒21 Strategic Plan, the Council set ambitious goals. And I’m proud to say that our commitments—totalling $487M for the arts sector—are being realized.

Let’s look at how we have reached our goals. I’d like to remind you that the following achievements reflect our activities from the 2019–20 year—that is, before the current crisis with the pandemic. With respect to our commitment to increase support to the arts—specifically, investing 25% of the total budget of new funds in new recipients—we not only hit, but exceeded our target. We also achieved our commitment to balance funding between project grants and core funding.

I am happy to report that we also realized our commitment to triple our investment in Indigenous creation.

What’s more, we exceeded our commitment to support international projects, and we’re on our way to achieving our commitment to invest $88.5M in digital. Of course, because of the pandemic, the upcoming results for international projects are going to vary.

From the beginning of the pandemic, the Council set up various initiatives to support the arts sector through this moment. Carolyn Warren will expand on these initiatives and digital engagements in just a few moments.

You can visit the Council’s Commitments page on our website for more information, where you can also read several related stories on projects by artists, groups and organizations that have been funded by the Council. The stories speak volumes about the scope and impact of our investments. And, of course, our 2019‒20 Annual Report is also available on our website for more information.

We began working on our next strategic plan several months ago, discussing our areas of focus and the direction we want to move.

To ensure that the plan is a cornerstone for the future of the sector and that it is really grounded in our reality, the Council launched a survey and organized discussion sessions with various communities, including with Indigenous communities across Canada and, of course, with the Council’s staff.

Our Director and CEO will speak broadly to our next strategic plan, the context informing its development and how the first years of the plan will centre on transition and reconstruction.

J’aimerais maintenant vous présenter le président du conseil d’administration du Conseil : Jesse Wente. Jesse est entré en poste en juillet dernier en pleine pandémie. Il est en mesure d’apporter à la fois une nouvelle façon de voir les choses, et aussi une certaine continuité, puisqu’il faisait partie du conseil d’administration depuis 2017.

Jesse est auteur, communicateur, conférencier, chef de file du domaine des arts et ardent défenseur des droits autochtones ainsi que des arts et culture des Premières Nations. Issu de la Nation anishinaabe, Jesse est devenu le premier président autochtone du Conseil des arts.

Je laisse maintenant la parole à Jesse Wente.

[Jesse Wente]

Miigwetch, Michelle.

Et merci à tout le monde d’être ici aujourd’hui.

I’m speaking today from Tkaronto, “where the trees meet the water,” and the territory of the Dish with One Spoon covenant. This is an agreement that predates Canada between the Haudenosaunee and the Anishinaabe, my people, and it has a couple of different teachings. Namely, the dish is our shared place, and the spoon is what we are allowed to bring to the dish—not a knife, a spoon—and we only take one spoonful so that others may also bring their spoon.

It’s a very old lesson and one that has kept the peace between our nations for centuries. And it’s a lesson that applies today, that reminds us of the importance of sharing, reciprocity, and care for the communities we come from and the ones we create together.

I’m very honoured and pleased to join you today for the first time as Chair of the Canada Council.

It’s certainly been an interesting start to my term, but I’m extremely proud of the work the Council has done in this most challenging of years.

When I think about the ways in which a chair can influence an organization such as the Canada Council, I, of course, think of the most obvious ways—the current strategic planning process, for example. I also think about how we approach the issues that face us and the perspectives we bring to our common challenges as opportunities to influence the path of a place like this. A chair’s role is certainly in the boardroom, but not to the exclusion of being with the people we serve. And I certainly look forward to gathering again, with my colleagues at the Council, the remarkable artistic community we serve and the audiences that we all belong to.

I also want to acknowledge that my presence here, in the way that I am here, is unique. As the first Chair of a Crown corporation who is also Indigenous, I hold that responsibility very close. It is important that we take on leadership roles in the institutions and organizations that affect us, and my hope is that my presence here is but another step in a journey we are all on together.

This journey has brought us to a moment where inequities should be obvious to all. Where anti-Black and anti-Indigenous racism has once again been laid bare for all to see and for all to work against.

This while the world continues to grapple with the ongoing pandemic, which itself has only further exacerbated existing inequalities.

We are at an inflection point, perhaps more than one, and while there is much to navigate, we are nonetheless presented with the opportunity to change, and to do so boldly. The arts are well positioned to lead this change, as it has already started, and artists are always at the forefront of guiding us beyond inflection moments.

The Canada Council has a key role to play as our sector evolves, supporting artists and organizations as they reorient themselves to new realities and best practices. The Council itself must continue its evolution to ensure we are serving our community of artists and organizations through this moment and into a future of renewed purpose and potential.

Yes, there is much to be done. And yes, there is much that is unknown. But we should embrace this moment not with fear, but with promise. We know we can change. We know we can adapt. We know we can make things better—as long as we focus on what we know, there is little to fear from what we do not.

J’aimerais remercier le gouvernement du Canada de sa confiance soutenue envers le Conseil et le travail que nous faisons.

I’d like to acknowledge the tremendous work and dedication of the Council’s staff, executive management team, Director and CEO Simon Brault, and my colleagues on the Board in the past year, responding to the pandemic while also maintaining regular activities. It’s been amazing to witness, and I am deeply proud of the work the staff and executive team have achieved during this challenging time. Chi miigwetch.

I look forward to seeing you all again soon.

I’d like to now introduce Carolyn Warren, Director General of the Arts Granting Programs Division, to speak more to the Council’s activities during the pandemic.

[Carolyn Warren]

Merci, Jesse.

Au Conseil, je supervise les programmes de subventions et les initiatives stratégiques qui favorisent la création, la distribution et la promotion des arts au Canada et à l’étranger.

Comme vous le savez sûrement, nous avons revu nos priorités cette année, puisque la COVID-19 a exercé – et continue d’exercer, bien sûr – une pression importante sur le milieu des arts :

  • de nombreux lieux consacrés à la culture ont dû limiter l’accès au public ou fermer leurs portes;
  • des événements artistiques nationaux et internationaux ont dû être annulés ou reportés;
  • les artistes ont dû renoncer à de précieuses occasions de travailler ou d’interagir avec leur public.

Tout cela a eu des répercussions importantes sur le fonctionnement des organismes et sur le gagne-pain d’innombrables artistes et travailleuses et travailleurs de la culture.

Tout au long de cette période très difficile, j’ai été frappée par les différentes manières dont les personnes qui travaillent dans le milieu artistique se sont adaptées pour continuer à créer et à diffuser leurs œuvres. Certaines ont proposé des expériences artistiques extérieures. D’autres ont trouvé de nouvelles façons sécuritaires de créer ou de répéter. Enfin, plusieurs se sont tournées vers les plateformes numériques pour joindre les publics.

J’ai aussi entendu des artistes et des travailleuses et travailleurs culturels qui se rencontrent régulièrement en ligne pour discuter de leurs difficultés communes et pour s’épauler durant ces moments difficiles d’isolement. Ces occasions d’entretenir des liens tout au long de la crise ont été primordiales, et continuent de l’être, et elles ont donné lieu à de nouvelles réflexions pour l’avenir.

The Canada Council has remained in close touch with many of you to adapt our support and respond to the pressing needs of the crisis.

Since March, we’ve delivered several support initiatives, including:

  • $55M in emergency funding to organizations; and
  • an additional $7.8M to organizations specifically from Indigenous, culturally diverse, Deaf and disability, and official language minority communities.

We also launched Digital Originals, a program that offered micro innovation grants to artists, arts groups and organizations to pivot their work for online sharing. Many grants went to individual artists never before funded by Council and from a diversity of backgrounds. This initiative is a partnership with CBC/Radio-Canada, which is showcasing selected projects online, and I invite you to see them at cbc.ca/arts/canadacouncildigitaloriginals (one very long word).

We also adapted our international work in Germany and at festivals in Edinburgh to ensure that the arts from Canada remain connected to the wider world, to broaden and deepen our engagement with the global community, even as we see artists and arts organizations focussing more closely on local communities and audiences.

Digital platforms have been a big part of the international adaptation, and new transnational collaborations are being formed in the arts, as they are in all sectors, notably science, of course, where we’ve seen the critical importance of international collaboration in the search for a vaccine.

With the arrival of vaccines, we do see light at the end of the tunnel, and an opportunity to renew and rebuild the arts sector, to make sure that the many ways art is made, shared, and experienced in Canada are innovative, equitable, increasingly at the heart of our society, and, ultimately, more sustainable.

The Canada Council for the Arts is committed to doing everything we can to make this vision for a renewed arts sector a reality.

Je vais maintenant passer la parole à Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, afin qu’il prépare le terrain pour notre prochain Plan stratégique, qui guidera notre travail dans le secteur des arts, alors que nous émergeons de cette crise et que nous sommes confrontés à de nouvelles réalités, au pays comme ailleurs.

To all of you—artists, arts workers, and arts lovers—thank you for your ongoing courage, resilience, creativity and commitment to bringing the arts to life.

[Simon Brault]

Merci Carolyn.

Comme l’ont souligné Michelle, Carolyn et Jesse, la situation actuelle exige d’examiner avec lucidité le fonctionnement de systèmes dont les limites ont été mises en relief par la pandémie. Un tel examen permettra de jeter des bases plus justes, équitables, inclusives et durables pour le secteur des arts.

Évidemment, pour y arriver, nous devrons concilier détermination et réalisme. L’importante précarité du secteur des arts est aujourd’hui criante. Depuis plus de 10 mois, le secteur subit les dures conséquences économiques et psychologiques des mesures sanitaires qui ont objectivement freiné son essor.

Aussi, le Conseil doit à la fois continuer de porter secours aux artistes et aux organismes qui en ont urgemment besoin et se préparer à les accompagner dans une transition vers un monde post-pandémique. On ne doit pas reproduire les iniquités et les failles qui grevaient de plus en plus le développement, le rayonnement et la reconnaissance du secteur des arts.

Depuis l’été dernier, nous avons sondé le milieu et organisé de nombreuses séances de dialogue en vue de notre prochain plan stratégique. J’ai moi-même eu le privilège d’assister à plusieurs de ces rencontres.

J’y ai entendu les participantes et participants exprimer leurs inquiétudes grandissantes face à l’avenir. J’ai pris note des souhaits quant à l’augmentation, à la prévisibilité, à la diversification et à la pérennité de nos subventions. Mais j’ai surtout été frappé par le fait que les échanges ont très rapidement porté sur le rôle de leadership attendu du Conseil. Des artistes et des dirigeantes et dirigeants d’organismes de toutes les régions du Canada, de différents champs de pratique artistique et de divers horizons ont insisté sur l’importance grandissante de notre rôle au-delà du financement.

Plusieurs ont souhaité que le Conseil influence le cours des choses en matière de politiques publiques et d’investissements gouvernementaux pour faire avancer différents éléments de notre développement comme société. Parmi ceux-ci, il a notamment été question :

  • de combler la fracture numérique pour les créateurs et les publics;
  • d’améliorer le filet de sécurité sociale pour les artistes et les travailleuses et travailleurs culturels;
  • de promouvoir la présence accrue et soutenue des arts et de la littérature à l’école;
  • de s’assurer de la prise en compte des arts et de la culture dans les stratégies économiques, le commerce international, la diplomatie publique ou les stratégies environnementales du Canada, et j’en passe.

D’ailleurs, nous venons tout juste de publier le rapport résumant ces discussions, vos réponses à notre sondage sur nos orientations stratégiques et les propositions que nous avons reçues. Nous vous encourageons à le lire.

I think we can all agree that the so-called “normalcy” that preceded the pandemic is not—and should not be—our next destination.

On the one hand, several approaches developed hastily in 2020, namely in terms of digital dissemination, are here to stay. On the other hand, certain structural problems that were already compromising the viability and reach of the sector will have to be gradually resolved. To that end, we must:

  • rely on renewal, reconstruction and innovation;
  • seek to advance diversity, inclusivity and our social responsibilities, namely on the social and climate justice fronts, both within and outside our sector; and
  • increase and encourage collaborations and partnerships with other sectors.

I believe this is the surest way to give arts and culture a more prominent place in the conversations that are shaping the future of our society.

We will not recommend ready-made solutions; rather, we foresee various forms of investment and support to generate innovative solutions and new models.

Innovation will be at the heart of the major project we implement to contribute to the recovery of the arts sector over the coming years. Innovation will ensure a sustainable transition and reconstruction. And innovation requires that we identify, accept and understand the problems we need to solve. We stop innovating when we accept the status quo as a way of operating and let it happen or, worse, when we try to justify it.

Already, the work we are undertaking together towards our next strategic plan is starting to take shape. I want to highlight a few overarching areas for the plan.

  • We will support an increased presence of Indigenous perspectives in all the Council’s activities and policies, while we continue to progress in our own decolonization process, which we want to be consistent and exemplary.
  • We will work with the communities most affected by systemic racism in order to address its presence and impact in both the Council and the wider arts sector. We will continue to focus on digital technology in our programs and allocate a significant investment to support the digital transformation of the Council and the wider sector.
  • We will champion equitable remuneration for artists, namely in the digital realm, and we will also champion equitable public access to the arts.
  • We will support research, development and risk-taking to enable the sector to work towards its renewal.
  • We will support initiatives that foster the renewal and strengthening of a competency-based leadership that reflects the diversity of the sector and society.
  • We will contribute to ensuring the sector has the tools to develop eco-friendly works and dissemination practices.
  • We will launch strategic initiatives and rely on local partnerships to meet the realities of the North, namely in terms of artistic creation and sharing art, and to reach underserved communities and give them equal access to the arts.

Nous sommes engagés dans une grande transition vers une reconstruction d’un secteur plus juste, équitable et durable. Nous continuerons d’appuyer et d’accompagner le secteur durant cette transition en faisant, comme nous l’avons toujours fait, preuve d’agilité, d’empathie et de détermination.

S’il est une seule leçon que nous devons tirer de la crise actuelle, c’est celle du caractère essentiel des arts dans nos vies, un besoin fortement exprimé par la population et, évidemment, par les artistes. Il y a urgence à préserver et reconstruire notre secteur pour répondre à ce besoin essentiel.

En décembre dernier, j’ai invité les artistes, groupes et organismes artistiques à préparer des projets qui créent des emplois. Je lançais cette invitation pour que la communauté soit prête à répondre à l’initiative que nous lancerons avec les fonds supplémentaires pour le Conseil que le gouvernement a annoncé dans son dernier énoncé économique. Soyez prêts!

Enfin, je veux remercier tous les artistes, les organismes, nos différents partenaires, les membres du grand public et, bien entendu les membres du conseil d’administration ainsi que le personnel du Conseil, qui ont participé aux discussions et au sondage en vue de notre prochain plan stratégique. Ce plan sera à la hauteur des ambitions du secteur et de son immense potentiel de contribution à notre développement collectif et, surtout, à un avenir plus juste, équitable, inclusif et durable.

J’ai hâte d’entendre vos questions et je lance maintenant la période de questions. Nous sommes prêts à répondre à vos questions.

[Éliane Laberge]

Merci, Simon.

Je m’appelle Éliane Laberge, et je suis la coordonnatrice, Communautés et engagement numérique au Conseil des arts du Canada.

Pour l’APA de cette année, nous vous avons demandé d’envoyer vos questions par courriel avant l’événement. Nous vous avons aussi invités à vous joindre à la conversation sur Twitter, avec les mots-clics #CanadaCouncil21 et #Conseildesarts21.

Nous avons reçu plus de 70 questions avant l’APA, un nombre record pour nous.

Bien sûr, comme Michelle l’a mentionné au début de l’Assemblée, nous ne pouvons pas répondre à toutes les questions reçues, mais il vous est toujours possible de faire un suivi après l’événement, ou à tout moment au cours de l’année, en écrivant à : feedback@canadacouncil.ca ou à retroaction@conseildesarts.ca.

I would also like to point out that the questions we received about specific grant application files were forwarded to our program staff before the event.

We also received some questions on tax deductions and program applications. If you have questions on these topics, we encourage you to consult our website or contact our program staff.

With those questions aside, we’ve selected several questions for our speakers today that are representative of the topics many of you wanted to learn more about.

So, without further ado, I’d now like to begin the question and answer period with our first question.

We received several questions about the impact of COVID-19 on the Canada Council’s funding strategy and its programs. 

To address this broad topic, I’d like to share a question submitted by Adam Basanta. The question is representative of similar questions we’ve received. It relates to funding for individuals versus organizations, and the redistribution of funds allotted to travel grants not spent while the Council’s travel grants were suspended.

Adam asks, “In 2019–20, no travel grants were issued. Has this money been redistributed in other programs, and if so, how?”

I will direct this question to my colleague, Carolyn Warren, to start us off.

[Caroline Warren]

Thank you, Éliane. And I just want to acknowledge before I jump into the question that I recognize people have been having buffering issues accessing the live feed from today’s public meeting and that the recording will be made available to you later. But we really apologize. Here we are with the flaws and failures of technology in a key moment, where you don’t want anything to go wrong. My apologies for any of you who have been having difficulty connecting with us today and I hope you will be able to retrieve the content.

And now to Adam’s question—and thank you for that question, Adam—the answer to “how has this money from travel grants been redistributed and has it been?” Yes, it has. Although we did award some travel grants in early 2019–2020, before the travel restrictions came into effect in March. Of course, after that, application numbers dropped significantly and the ban on travel was extended so we suspended our own travel competition deadlines, as you all know.

The resulting unspent fund were redirected to other programs, along with an additional almost $4M in savings. And the money was reallocated primarily to individual artists for research and creation and production of projects through our Explore and Create program. It was quite extraordinary to see that we received an unprecedented number of eligible applications over the past few months—8,600, and more than 3,000 grants will be awarded across the country this year. I also want to note that as we looked at the applications, we’ve noticed that because of the prolonged period of confinement in addition to the travel bans, a lot of artists have turned to digital platforms for creation and collaboration and not only with local or Canadian collaborators but also internationally. And we’ve also seen a range of hybrid live and digital activities to create with audiences that include studio visits and workshops and virtual tours and, of course, performances. Thank you again for that question.

[Éliane Laberge]

Thank you very much, Carolyn. Merci beaucoup. As mentioned, we are experiencing some technical difficulties and we will therefore be breaking for five minutes to allow for a better viewing experience. Comme l’a mentionné Carolyn, nous avons malheureusement des difficultés techniques. Nous allons faire une pause de cinq minutes pour résoudre la situation et faire en sorte que le plus grand nombre d’entre vous puisse suivre l’événement avec nous, et la période de questions. Alors on vous remercie beaucoup de votre patience et de votre compréhension, et on est de retour avec vous très bientôt. Merci.

[…]

Hello, everybody. Bonjour tout le monde, désolée pour ce problème technique et merci de votre patience. Thank you for your patience while we sorted this technical issue.

We will continue with the Q&A period. And now for our next question.

La prochaine question a été posée par Julie Hétu, qui s’inquiète du fait que les fonds d’urgence du Conseil aient été largement orientés vers le soutien aux organismes et la création d’œuvres numériques, plutôt que sur un appui direct aux artistes. Elle mentionne que : « Un artiste, écrivain, danseur, etc…, ne cherche pas constamment à se réinventer, il ne cherche pas non plus à innover du point de vue technologique (il se servira de la technologie si cela lui parle, mais pas comme une fin en soi). Se tourner vers le numérique pour survivre nous force la main, alors que nos démarches artistiques ne sont pas la technique. »

Elle pose ensuite la prochaine question : « Pourquoi les organismes et le développement du numérique est une priorité sur le soutien aux artistes? »

J’aimerais demander à Simon Brault d’y répondre s’il vous plaît.

[Simon Brault]

Merci Julie Hétu pour la question. La première chose à dire, c’est que dès le début de la pandémie, si on se rappelle bien, le gouvernement fédéral a annoncé des mesures de soutien universelles pour les individus et pour les organisations. Au Conseil des arts, ce qu’on a fait à ce moment-là, ça a été beaucoup de plaider avec succès pour que les travailleurs autonomes qui représentent une grande partie des artistes au Canada (artistes et concepteurs, conceptrices, techniciens, techniciennes). On a vraiment plaidé pour que les travailleurs autonomes soient couverts par les mesures universelles, et aussi pour que les entreprises culturelles, souvent des organismes à but non lucratif soient aussi couverts par les mesures universelles du gouvernement qui s’adressaient aux entreprises.

Par la suite, on a beaucoup concentré notre aide, au début, aux organismes, avec nos propres fonds et avec des fonds d’urgence pour s’assurer que le secteur ne s’effondre pas, n’implose pas avec la pandémie, et aujourd’hui on réalise depuis quelques mois en particulier que beaucoup d’organismes en particulier ne sont pas capables de générer un niveau d’activité qui fait que des artistes travaillent. Donc on attend présentement le troisième montant d’aide pour le Conseil des arts du Canada qui a été annoncé dans l’Énoncé économique de l’automne par la ministre Freeland, et notre intention, c’est vraiment de concentrer cette aide-là pour soutenir des projets artistiques qui vont générer de l’emploi pour les artistes et leurs collaboratrices et collaborateurs.

On attend le moment où on va pouvoir annoncer les détails de ça, mais on va vraiment passer, dans les mesures d’urgence, notre accent va se transférer du soutien aux organisations au soutien plus aux individus et aux projets qui génèrent de l’emploi.

En ce qui concerne le numérique, on en a beaucoup parlé depuis le début de la pandémie, et pour cause, parce que les publics et les artistes ont vu dans le numérique un des rares moyens pour établir et maintenir une communication et distribuer les contenus artistiques et littéraires.

Je dois dire quand même, et c’est important à retenir, que depuis le début de la pandémie, le Conseil des arts n’a pas investi plus que 11 % de ses ressources totales pour soutenir des projets spécifiquement numériques. Donc 89 % de toutes nos subventions sont allés à des projets de création, de développement, de recherche, au fonctionnement des organismes, des projets non spécifiquement numériques.

Pendant cette période-là, le niveau d’aide que le Conseil des arts a donné directement aux artistes, pour être capables de créer et développer leur art dans leurs propres conditions, a été beaucoup plus élevé, puisque comme l’a dit tantôt Carolyn Warren, on a transféré dans nos programmes de soutien direct aux artistes l’argent qui n’était pas dépensé pour l’international. On a aussi transféré plusieurs millions de dollars d’économies dans le fonctionnement même du Conseil des arts pour augmenter notre soutien direct aux artistes. Tout ça pour dire qu’on comprend que tous les artistes n’ont pas adopté le numérique comme façon de créer ou de distribuer leur contenu, mais il y en a beaucoup qui désirent le faire et le Conseil doit être là. Beaucoup de choses ont été apprises pendant la pandémie sont probablement là pour rester, on va probablement dans l’avenir voir beaucoup de compagnies de théâtres ou autres qui vont avoir une diffusion en personne et maintenir une utilisation du numérique qui permet de rejoindre d’autres publics. Merci beaucoup pour la question. J’espère que ça clarifie la situation.

[Éliane Laberge]

Merci Simon. Now for our next question.

Tina Lameman asks, “How is the film industry or the arts in general verifying a person is really Indigenous?”

I would like to direct this question to our Chair, Jesse Wente.

[Jesse Wente]

Thank you so much, Tina, for the question. This is obviously a very nuanced and sensitive issue, and thus this should be treated as such, with harm reduction at the centre.

Existing best practice in most of the cultural sector tends to rely on some form of self-identification. Such policies are always in a state of evolution. As such, the organization I oversee in my day job, which is in the film and TV sector, the Indigenous Screen Office, we will be facilitating a community engagement process in partnership with APTN to further evolve our own policies when it comes to these issues. That will roll out over the next couple of months. The first stage will really be looking at engaging in conversation with elders and experts in this area, and then using that to inform a broader community engagement program in the summer and developing a policy direction that would be coming out in the fall.

I think while that will be specific to the policies of the Indigenous Screen Office and the screen sector, I certainly think that an organization like the Canada Council will be able to take much from the learnings of that community engagement process, one that centres self-determination for First Nations, Métis and Inuit in this process.

I think the Canada Council will be able to look at that process, take from it and be able to evolve its own policies around this going forward.

That is the plan. These issues have existed for a very long time on this land and they will exist into the future. We really try to engage with the community to make sure that we are serving them in the best way that we can.

Chi miigwetch for the question.

[Éliane Laberge]

Chi miigwetch, Jesse. Now for our next question.

Like many people in this pandemic, the Canada Council has also had to change the way it works—with most of our employees now working remotely.

And this has inspired a question from Patricia Huntsman, who asks, “With the proven ability for organizations to adjust to remote working, will the Canada Council consider a decentralized model for part of its operations, program delivery and staffing, including the possibility of distributed roles in regions throughout the country?”

I will direct this question to Simon Brault.

[Simon Brault]

Thank you, Patricia, for this question. The Canada Council, like any other organization in this country, has been quite disrupted by the pandemic.

We were lucky enough that, we were able to pivot very rapidly to telework, and in fact succeeded in answering the needs of the community despite the fact that we were working in a completely new way.

I think you’re right. We have proven over the past 10 months that we can do a lot of our work in a situation of telework. What we are doing now is trying to imagine what the Canada Council will look like after the pandemic.

The answer to that is not articulated fully yet, but we do believe we will adopt some kind of hybrid model, where it will be a combination of telework and a different use of our offices and buildings in Ottawa.

Also, we will probably come to some kind of asymmetrical model, because different tasks and different teams may work in different ways. We do not want to impose one hybrid model to everybody at the Council.

That being said, if we are not seeking to decentralize the Council in terms of delivering its services, we realize we have now gained much more flexibility in terms of how we organize the work.

We are considering, right now, that it will be possible to have some of our people working outside of the National Capital Region when it serves the purposes of the Canada Council. For instance, we know that to be more present in some parts of the country, notably the north of the country, that to have a program officer who could be located in those regions to do their work, could be very useful in reinforcing the presence and capacity of the Canada Council.

Over the next few months, we will figure out what will be the new model after the pandemic.

When we will hire, over the next few months, on a case-by-case basis, we will discuss to which extent we can be flexible in terms of arrangements of telework and working from a remote region (remote from Ottawa), but the idea is, as always, to make sure that the Canada Council will be able to really deliver with optimal capacities, its services to the community while being able to be informed and in constant conversation with the artistic community in this very vast country in the future.

So, stay tuned on that.

[Éliane Laberge]

Thank you, Simon. Now for our final question.

In keeping with important conversations taking place across Canada and, indeed, around the world, about anti-Black racism, we received the following question from Rehaset Yohanes:

“Given the recent global spotlight on the systemic inequities that Black peoples experience, will there be funding earmarked specifically for Black Canadian artists to access in the next grant cycle?”

I will direct this question to my colleague, Carolyn Warren.

[Carolyn Warren]

My apologies. Thank you, Éliane, and thank you to Rehaset Yohanes for the question.

Yes, we will continue to earmark special funding to support equity, not only for the next grant cycle but ongoing. Council believes that we must all act both individually and collectively to create a society that has no place for racism.

As Canada’s public funder, we are fully committed to advancing racial equity and creating and building an inclusive arts sector and society.

Artistic creation cannot be isolated from historical realities and injustices. These need to be recognized and addressed.

We believe that we can both advance and respect the artistic freedom of expression and also advance equity.

We currently have a number of strategic equity measures in place, including targeted funds for designated priority groups, artists and arts organizations from culturally diverse communities, including the Black community, and I think it is important to note that our peer assessors are selected, again, to represent a broad diversity of experience and backgrounds.

They are also asked, when assessing files in their committees, to consider historical and cultural contexts, which would include systemic barriers experienced by equity groups.

It is a condition of receiving a Canada Council grant that a recipient commit to providing a safe workplace, one that is free from this discrimination.

It is a core belief that inclusion and diversity will be absolutely critical to the future vitality and relevance and sustainability of the arts sector as it emerges from the pandemic.

This will be a key focus of the next strategic plan. We will look forward, in the coming weeks, to working more closely with the Black arts community to identify particular actions that we can implement to better support Black Canadian artists and to better fight racism. Thank you again for the question.

[Michelle Chawla]

Thank you, Carolyn and Éliane. To bring the Q&A period to a close, I’d like to note that we received many questions about how we’re addressing various forms of discrimination in our work at the Council, in our work in the arts sector and across society.

The pandemic has highlighted the many inequities being experienced across Canada and around the world. They relate to race, indigeneity, disability, gender, sexuality, age and language, among others, and to various intersections of identity.

Nous sommes conscients que vos questions sur la discrimination méritent toute notre attention – bien plus que les courtes réponses que nous pouvons fournir lors d’une Assemblée.

Nous souhaitons rappeler que la lutte contre la discrimination sera au cœur de notre Plan stratégique 2021-2026 et de notre travail pour les prochaines années.

Nous sommes déterminés à travailler avec les différentes communautés confrontées à la discrimination alors que nous balisons le chemin à suivre, ensemble, pour nous assurer que les arts soient ouverts à tous et à toutes.

Ce travail à venir demande de la réflexion, de l’intelligence, de la rigueur, de la compassion et de la collaboration. Il exigera aussi d’établir de nouvelles relations, et d’améliorer nos liens existants.

À première vue, ces efforts peuvent sembler intimidants, et même décourageants. D’autant plus que la pandémie a mis à rude épreuve la santé physique et mentale de tant de personnes.

We keep those who have lost loved ones to the pandemic, and those who are suffering in this moment, in our thoughts and in our hearts.

As we move forward from this difficult moment, the arts have an important role to play. I look forward to our shared work to make sure the arts can play this role as fully as possible.

On that note, it is now time for us to bring this meeting to an end. I would like to thank all of our presenters today. I’d also like to thank all of you for joining us this afternoon. The speeches from this event will be shared on our website shortly, and we will also post a recording of the event on our site in the coming days. This concludes our 2021 Annual Public Meeting. En ces temps difficiles, prenez soin de vous et des autres, and take good care. Merci. Thank you.

[Narrateur] 

Provoquant 

Inspirant 

Contagieux

Sa créativité nous gagne 

Son imaginaire nous habite 

C’est un monde de tous les possibles 

Un monde de liberté, d’essais, de douleur, de joie. 

Un monde où de nouveaux mythes bousculent et réinventent les anciens 

Baume sur nos blessures 

Source de nos espoirs 

C’est la langue de nos âmes 

Audace de tous les instants 

Désaveu des idées reçues 

Son appel irrépressible nous rassemble 

L’art saisit notre essence, et nous pousse à aller plus loin 

Au fil de nos histoires, au son de nos voix 

L’art exprime qui nous sommes 

L’art, c’est nous. 

[Michelle Chawla] 

Welcome. Bonjour. Bienvenue. Kwey-Kwey. 

Je m’appelle Michelle Chawla et je suis directrice générale, Stratégies, affaires publiques et rayonnement des arts au Conseil des arts du Canada. 

Je suis ravie de vous accueillir à notre Assemblée publique annuelle de 2021. 

Nous avons eu le plaisir de recevoir, de beaucoup d’entre vous, la confirmation que vous seriez avec nous pour cet événement. Nous sommes choyés de pouvoir compter sur un public en ligne aussi dynamique : des gens de partout au Canada et même d’ailleurs. Des ambassadrices et ambassadeurs, des dirigeantes et dirigeants d’organismes culturels et artistiques internationaux, des artistes, des travailleurs et travailleuses du domaine des arts, qui représentent tout un éventail de pratiques et de communautés, ainsi que des citoyennes et des citoyens passionnés qui, comme nous, sont convaincus de l’importance du rôle des arts dans notre société. 

J’aimerais d’abord reconnaître que nos bureaux sont situés sur le territoire non cédé de la Nation algonquine anishinaabe présente en ces lieux depuis des temps immémoriaux. 

Le Conseil reconnaît que les Algonquins sont les gardiens traditionnels du bassin hydrographique de la rivière des Outaouais et de ses affluents. Nous saluons leur longue tradition d’accueil dont ont bénéficié de nombreuses nations dans ce magnifique territoire, et le Conseil s’engage à défendre et à promouvoir la voix et les valeurs de notre nation hôte. 

Le Conseil respecte et affirme les droits fondamentaux et issus de traités de tous les peuples autochtones de l’ensemble de ce territoire. Il souscrit et continuera de souscrire aux engagements que nous avons pris envers les nations et peuples autochtones quant à la reconnaissance de l’autodétermination et de la souveraineté. 

Le Conseil reconnaît l’oppression historique exercée sur les territoires, les cultures et les premiers peuples de ce qui est appelé aujourd’hui le Canada et il croit ardemment que les arts contribuent au processus de guérison et de décolonisation que nous poursuivons ensemble. 

Cette reconnaissance territoriale a été rédigée par des membres de la communauté algonquine, et je les remercie de leur générosité et de leur collaboration. 

Au cours de la réunion d’aujourd’hui, des images défileront sur votre écran pour illustrer les propos des présentatrices et présentateurs. Les images présentées lors de la reconnaissance du territoire sont celles d’un canoë fabriqué à la main par Daniel Smith, un ancien algonquin. Le canoë est un symbole vivant de la présence autochtone et de la pérennité de ses cultures ainsi que de notre avenir commun sur cette terre. 

Ce canoë se trouve dans l’espace Âjagemô du Conseil des arts du Canada à Ottawa. 

Cette année, notre Assemblée publique est bien sûr toute particulière. Pour la première fois, en raison de la pandémie, elle est présentée en ligne seulement. Je tiens à vous assurer que la production de cette Assemblée respecte les directives émises par les autorités en matière de santé publique. 

En ces temps difficiles, nos pensées se tournent vers les artistes, les organismes et leur personnel et toutes les familles qui ont subi les contrecoups de cette pandémie. Depuis le début de la COVID-19, le Conseil, soyez-en assurés, fait tout en son possible pour minimiser les impacts de la crise au sein de la communauté artistique et pour l’appuyer. 

Aujourd’hui, différentes personnes s’adresseront à vous et parleront des différents sujets qui ont marqué cette année et qui marqueront la prochaine. 

Je serai la première à vous parler et je vous donnerai les grandes lignes des avancées de notre plan stratégique actuel et de nos travaux en vue de notre prochain plan stratégique. 

Vous entendrez par la suite le président du conseil d’administration Jesse Wente, la directrice générale de la Division des programmes de subventions aux arts, Carolyn Warren et le directeur et chef de la direction du Conseil, Simon Brault. 

Une période de questions suivra. Veuillez prendre note que les questions auxquelles nous répondrons nous sont toutes parvenues par courriel. Il nous est impossible de répondre à toutes les questions, mais si vous en avez d’autres, vous pouvez nous les faire parvenir à rétroaction@conseildesarts.ca après cette rencontre. 

Vous pourrez aussi réécouter les différentes allocutions dans les deux langues officielles sur notre site d’ici la fin février. 

J’aimerais remercier l’équipe de traduction simultanée, ainsi que les équipes d’interprètes de langue des signes en anglais et en français. 

Notre ordre du jour est rempli alors commençons sans plus tarder. 

Au début de notre plan stratégique qui couvre la période de 2016-2021, le Conseil s’est doté de plans ambitieux. Et je suis fière de dire que nos engagements totaux de 487 millions dans le secteur des arts sont en voie d’être réalisés. 

Nous avons atteint nos objectifs. Voyons comment. Je rappelle que ces réalisations reflètent nos activités en 2019-2020, soit avant la crise actuelle. En ce qui a trait à notre engagement pour un soutien accru aux arts et, plus précisément, l’investissement de 25 % du budget total des nouveaux fonds à de nouveaux bénéficiaires, nous avons non seulement atteint cette cible, mais l’avons dépassée. Pour ce qui est de l’engagement d’équilibrer les fonds entre les subventions de projets et les subventions de base, celui-ci a aussi été atteint. 

Je suis aussi ravie de rapporter que notre engagement de tripler l’investissement dans la création autochtone a aussi été réalisé. 

Celui de doubler le soutien aux projets internationaux a été surpassé et celui d’investir 88,5 M$ dans le numérique est en voie d’être atteint. Évidemment, en raison de la crise actuelle, les prochains résultats pour l’international varieront. 

Dès le début de la pandémie, le Conseil a mis sur pied plusieurs initiatives afin de soutenir le secteur artistique. Carolyn Warren vousparlera de ces initiatives ainsi que del’engagement numérique du Conseil un peu plus tard. 

Pour plus de détails, vous pourrez également visiter les pages consacrées aux engagements stratégiques du Conseil et lire les histoires qui rendent compte des projets des artistes, groupes et organismes artistiques sur notre site web. Ces histoires sont éloquentes à propos de la portée et de l’impact de nos investissements. Évidemment, notre rapport annuel 2019-2020, aussi publié sur notre site web, offre encore plus de détails. 

Nous avons commencé à planifier notre prochain plan stratégique il y a déjà plusieurs années. 

Afin de s’assurer que ce plan soit porteur pour l’avenir du secteur et ancré dans notre réalité, le Conseil a choisi de lancer un sondage, d’organiser des séances de discussions avec diverses communautés et avec les communautés autochtones de l’ensemble du Canada et, bien entendu, avec le personnel. 

Notre directeur et chef de la direction, Simon Brault,vous donnera plus de détails sur les grandes orientations de notre prochain plan stratégique, sur le contexte dans lequel il s’inscrit et sur les premières années de la mise en œuvre de ce plan, qui seront des années de transition et de reconstruction. 

J’aimerais maintenant vous présenter le président du conseil d’administration du Conseil : Jesse Wente. Jesse est entré en poste en juillet dernier en pleine pandémie. Il est en mesure d’apporter à la fois une nouvelle façon de voir les choses, et aussi une certaine continuité, puisqu’il faisait partie du conseil d’administration depuis 2017. 

Jesse est auteur, communicateur, conférencier, chef de file du domaine des arts et ardent défenseur des droits autochtones ainsi que des arts et de la culture des Premières Nations. Issu de la Nation anishinaabe, Jesse est devenu le premier président autochtone du Conseil des arts. 

Je laisse maintenant la parole à Jesse Wente. 

[Jesse Wente] 

Miigwetch Michelle. 

Et merci à tout le monde d’être ici aujourd’hui. 

Aujourd’hui, je m’adresse à vous de Tkaronto, lieu où les arbres rencontrent les eaux, territoire de l’entente de partage territorial du « Plat à une cuillère » liant des peuples autochtones. Cet accord a été conclu entre les Haudenosaunee et les Anishinaabe, mon peuple. Le « Plat à une cuillère » est porteur de plusieurs enseignements. Le plat est le lieu que nous partageons, et la cuillère – oui la cuillère et pas le couteau– est ce que nous avons le droit d’utiliser. Et on ne prend qu’une bouchée, pour que les autres puissent aussi se servir. 

C’est une leçon très ancienne, qui a permis de préserver la paix entre nos nations pendant des siècles. Elle s’applique encore aujourd’hui, et elle nous rappelle l’importance du partage, de la réciprocité et de la considération envers les communautés dont nous sommes issus, et envers celles que nous créons ensemble. 

C’est un honneur et un grand plaisir de me joindre à vous pour la première fois en tant que président du Conseil des arts du Canada. 

C’est un début de mandat assez… intéressant, mais je suis très fier du travail accompli par le Conseil durant cette année remplie de défis. 

Quand je pense aux façons dont un président peut influencer un organisme comme le Conseil, évidemment, certains points me viennent en tête spontanément : le processus de planification stratégique en cours, par exemple. Je pense aussi à la manière dont nous pouvons aborder les problèmes auxquels nous sommes confrontés et les perspectives que nous apportons pour relever les défis et saisir les occasions prometteuses, afin d’influencer la voie à suivre dans un organisme comme celui-ci. Le rôle du président se joue certainement au sein du conseil d’administration, mais aussi au sein des communautés que le Conseil sert et avec elles. J’ai hâte que nous puissions nous rassembler, moi et mes collègues du Conseil, avec la remarquable communauté artistique que nous soutenons, et avec le grand public, dont nous faisons toutes et tous partie. 

Je veux aussi souligner que ma présence ici est unique. En tant que premier président autochtone d’une société d’État, cette responsabilité me tient d’autant plus à cœur. Il est important que nous, les Autochtones, occupions des postes de leaders dans les institutions et les organismes qui ont des répercussions sur nous, et j’espère que ma présence ici sera un pas de plus dans ce cheminement auquel nous participons toutes et tous. 

Au fil de ce parcours, nous sommes arrivés à un moment où les inégalités sont devenues évidentes pour nous toutes et nous tous. Un moment où le racisme contre les Noirs et les Autochtones a éclaté au grand jour. Nous devons toutes et tous lutter contre ce racisme. 

Et cela, alors que la planète continue de lutter contre la pandémie en cours, qui n’a fait qu’exacerber les iniquités existantes. 

Nous sommes arrivés à un tournant, ou peut-être même plusieurs tournants, et bien qu’il y ait beaucoup de pain sur la planche, nous avons néanmoins la chance de pouvoir changer et de le faire de façon audacieuse. Les arts sont en bonne posture pour mener ce changement. Et c’est déjà commencé : les artistes sont toujours à l’avant-garde et nous guident au-delà des moments charnières. 

Le Conseil a un rôle important à jouer alors que le secteur évolue. Il soutient les artistes et les organismes qui se réorientent en fonction de nouvelles réalités et pratiques exemplaires. Le Conseil doit lui-même continuer d’évoluer pour s’assurer qu’il sert sa communauté d’artistes et d’organismes en ce moment et dans un avenir où les visées et les potentiels seront renouvelés. 

Oui, il y a beaucoup à faire. Et, oui, nous nageons en eaux inconnues. Mais nous devons accepter cette réalité sans crainte, comme une promesse. Nous savons que nous pouvons changer. Nous savons que nous pouvons nous adapter. Nous savons que nous pouvons améliorer les choses. Pour autant que nous nous concentrions sur ces choses que nous savons, il n’y a pas grand-chose à craindre de ce que nous ignorons. 

J’aimerais remercier le gouvernement du Canada de sa confiance soutenue envers le Conseil et le travail que nous faisons. 

Je voudrais aussi rendre hommage au travail fantastique et au dévouement du personnel du Conseil, de son équipe de direction, du directeur et chef de la direction, Simon Brault, et de mes collègues du conseil d’administration au cours de la dernière année. Ils ont su répondre à la pandémie tout en poursuivant leurs activités habituelles. C’était superbe à voir, et je suis immensément fier du travail accompli par le personnel et la direction durant cette période éprouvante. Chi miigwetch. 

J’ai hâte de vous revoir. 

J’aimerais maintenant présenter Carolyn Warren, directrice générale des Programmes de subventions aux arts, qui va nous parler des activités du Conseil durant cette pandémie. 

[Carolyn Warren] 

Merci, Jesse. 

Au Conseil, je supervise les programmes de subventions et les initiatives stratégiques qui favorisent la création, la distribution et la promotion des arts au Canada et à l’étranger. 

Comme vous le savez sûrement, nous avons revu nos priorités cette année, puisque la COVID-19 a exercé – et continue d’exercer, bien sûr – une pression importante sur le milieu des arts : 

  • De nombreux lieux consacrés à la culture ont dû limiter l’accès au public ou fermer leurs portes; 
  • Des événements artistiques nationaux et internationaux ont dû être annulés ou reportés; 
  • Les artistes ont dû renoncer à de précieuses occasions de travailler ou d’interagir avec leur public. 

Tout cela a eu des répercussions importantes sur le fonctionnement des organismes et sur le gagne-pain d’innombrables artistes et travailleuses et travailleurs du domaine. 

Tout au long de cette période très difficile, j’ai été frappée par les différentes manières dont les personnes qui travaillent dans le milieu artistique se sont adaptées pour continuer à créer et à diffuser leurs œuvres. Certaines ont proposé des expériences artistiques extérieures. D’autres ont trouvé de nouvelles façons sécuritaires de créer ou de répéter. Enfin, plusieurs se sont tournées vers les plateformes numériques pour joindre les publics. 

J’ai aussi entendu des artistes et des travailleuses et travailleurs culturels qui se rencontrent régulièrement en ligne pour discuter de leurs difficultés communes et pour s’épauler durant ces moments difficiles d’isolement. Ces occasions d’entretenir des liens tout au long de la crise ont été primordiales, et continuent de l’être, et elles ont donné lieu à de nouvelles réflexions pour l’avenir. 

Le Conseil des arts est demeuré à votre écoute afin d’adapter son soutien et de répondre aux besoins les plus pressants en cette période de crise. 

Depuis mars, nous avons lancé plusieurs initiatives de soutien, dont : 

  • 55 M$ en soutien d’urgence aux organismes; et, 
  • 7,8 M$ supplémentaires aux organismes des communautés autochtones, de la diversité culturelle, des personnes sourdes et handicapées et de langue officielle en situation minoritaire. 

Nous avons aussi lancé Connexion création, un programme qui offrait des microsubventions pour l’innovation à des artistes, à des groupes et à des organismes afin d’adapter leurs œuvres à la diffusion en ligne. Bon nombre de ces subventions ont été remises à des artistes qui n’avaient jamais été financés par le Conseil auparavantet de divers horizons. Réalisée en partenariat avec CBC/Radio-Canada, cette initiative a permis de présenter en ligne certains projets. Je vous invite à les découvrir à l’adresse ici.radio-canada.ca/connexion-creationqui apparaît à l’écran. 

Nous avons aussi adapté notre travail à l’international, notamment en Allemagne et pour les festivals d’Édimbourg, afin de nous assurer que les arts du Canada demeuraient connectés au monde entier – pour accroître et approfondir nos engagements auprès de la communauté mondiale, tout en continuant à appuyer les artistes et les organismes qui s’intéressaient de plus près à leurs communautés et publics locaux. 

Les plateformes numériques ont joué un grand rôle dans cette adaptation à l’international. On constate que de nouvelles collaborations transnationales prennent forme, en arts comme dans tous les secteurs, y compris en science. Nous avons bien vu cela dans la collaboration internationale dans les recherches pour un vaccin contre la COVID-19. 

Avec l’arrivée des vaccins, nous voyons la lumière au bout du tunnel, et une occasion de renouveler et de rebâtir le secteur artistique, pour nous assurer que les diverses façons dont l’art est créé, partagé et vécu au Canada sont novatrices, équitables, au cœur de notre société, et, ultimement, plus durables. 

Le Conseil des arts du Canada s’engage à faire tout ce qu’il peut pour concrétiser cette vision d’un secteur artistique renouvelé. 

Je vais maintenant passer la parole à Simon Brault, directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada, afin qu’il prépare le terrain pour notre prochain Plan stratégique, qui guidera notre travail dans le secteur des arts, alors que nous émergeons de cette crise et que nous sommes confrontés à de nouvelles réalités, au pays comme ailleurs. 

À vous toutes et tous, artistes, travailleuses et travailleurs du secteur, amateurs et amatrices d’art, merci de votre courage, de votre résilience, de votre créativité, et de votre engagement à placer l’art au cœur de nos vies. 

[Simon Brault] 

Merci Carolyn. 

Comme l’ont souligné Michelle, Carolyn et Jesse, la situation actuelle exige d’examiner avec lucidité le fonctionnement de systèmes dont les limites ont été mises en relief par la pandémie. Un tel examen permettra de jeter des bases plus justes, équitables, inclusives et durables pour le secteur des arts. 

Évidemment, pour y arriver, nous devrons concilier détermination et réalisme. L’importante précarité du secteur des arts est aujourd’hui criante. Depuis plus de 10 mois, le secteur subit les dures conséquences économiques et psychologiques des mesures sanitaires qui ont objectivement freiné son essor. 

Aussi, le Conseil doit à la fois continuer de porter secours aux artistes et aux organismes qui en ont urgemment besoin et se préparer à les accompagner dans une transition vers un monde post-pandémique. On ne doit pas reproduire les iniquités et les failles qui grevaient de plus en plus le développement, le rayonnement et la reconnaissance du secteur des arts. 

Depuis l’été dernier, nous avons sondé le milieu et organisé de nombreuses séances de dialogue en vue de notre prochain plan stratégique. J’ai moi-même eu le privilège d’assister à plusieurs de ces rencontres. 

J’y ai entendu les participantes et participants exprimer leurs inquiétudes grandissantes face à l’avenir. J’ai pris note des souhaits quant à l’augmentation, à la prévisibilité, à la diversification et à la pérennité de nos subventions. Mais j’ai surtout été frappé par le fait que les échanges ont très rapidement porté sur le rôle de leadership attendu du Conseil. Des artistes et des dirigeantes et dirigeants d’organismes de toutes les régions du Canada, de différents champs de pratique artistique et de divers horizons ont insisté sur l’importance grandissante de notre rôle au-delà du financement. 

Plusieurs ont souhaité que le Conseil influence le cours des choses en matière de politiques publiques et d’investissements gouvernementaux pour faire avancer différents éléments de notre développement comme société. Parmi ceux-ci, il a notamment été question : 

  • De combler la fracture numérique pour les créateurs et les publics; 
  • D’améliorer le filet de sécurité sociale pour les artistes et les travailleuses et travailleurs culturels; 
  • De promouvoir la présence accrue et soutenue des arts et de la littérature à l’école; 
  • De s’assurer de la prise en compte des arts et de la culture dans les stratégies économiques, le commerce international, la diplomatie publique ou les stratégies environnementales du Canada, et j’en passe. 

D’ailleurs, nous venons tout juste de publier le rapport résumant ces discussions, vos réponses à notre sondage sur nos orientations stratégiques et les propositions que nous avons reçues. Nous vous encourageons à le lire. 

Je crois que nous nous entendons toutes et tous pour dire que ladite « normalité » qui précédait la crise actuelle n’est pas et ne devrait pas être notre prochaine destination. 

D’une part, plusieurs approches développées dans l’urgence en 2020, notamment en matière de diffusion numérique, sont bien là pour rester. D’autre part, certains problèmes structurels qui compromettaient déjà la viabilité et le rayonnement du secteur doivent être progressivement résolus. Pour cela, il est clair qu’il faudra :

  • Miser sur le renouvellement, la reconstruction et l’innovation; 
  • Chercher à contribuer à l’avancement de la diversité, de l’inclusion, de nos responsabilités sociales, notamment en matière de justice sociale et climatique, et cela, au sein et en dehors de notre secteur; 
  • Enfin, il nous faudra aussi accroître et encourager les collaborations et les partenariats avec d’autres secteurs. 

Je crois que c’est là la façon la plus sûre de donner aux arts et à la culture une place plus importante à toutes les tables de discussion où se dessine et se joue l’avenir de notre société. 

Nous ne préconiserons pas de formules toutes faites. Nous prévoyons plutôt diverses formes d’investissement et d’accompagnement pour mener à des solutions et des modèles innovants.

L’innovation sera au cœur du grand chantier que nous mettrons en œuvre pour contribuer à la relance du secteur des arts au cours des prochaines années. L’innovation assurera une transition et une reconstruction sur des bases durables. L’innovation nécessite que nous identifiions, acceptions et comprenions les problèmes à résoudre. On cesse d’innover quand on accepte le statu quo comme un mode de fonctionnement et qu’on s’en accommode ou, pire, quand on cherche à le justifier. 

Déjà le grand chantier auquel nous vous convions toutes et tous commence à prendre forme. Je voudrais ici, en mettre les grandes lignes en exergue : 

  • Nous soutiendrons une présence accrue des perspectives autochtones dans toutes les activités et les politiques du Conseil tout en continuant de progresser dans notre propre processus de décolonisation que nous voulons à la fois conséquent et exemplaire; 
  • Nous travaillerons avec les communautés qui sont les plus concernées par le racisme systémique pour s’attaquer aux manifestations et aux conséquences systémiques au sein du Conseil et du secteur des arts; 
  • Nous continuerons de miser sur la dimension numérique dans l’ensemble de nos programmes et aussi à allouer des investissements importants pour soutenir la transition numérique du Conseil et du secteur; 
  • Nous défendrons une rémunération équitable des artistes, notamment dans la sphère numérique, et nous défendrons aussi un accès public équitable aux arts; 
  • Nous appuierons la recherche, le développement ainsi que la prise de risques pour permettre au secteur d’œuvrer de façon continue à son propre renouvellement; 
  • Nous appuierons des initiatives qui favorisent le renouvellement et la consolidation d’un leadership basé sur la compétence et reflétant la diversité du secteur et de notre société; 
  • Nous contribuerons à outiller le secteur pour le développement de pratiques de création et de diffusion écoresponsables; 
  • Nous lancerons des initiatives stratégiques et miserons sur des partenariats locaux pour répondre aux réalités du Nord, notamment en qui a trait à la création artistique et au partage des arts, et, aussi, pour joindre des communautés mal desservies et leur donner un accès égal aux arts. 

Nous sommes engagés dans une grande transition vers une reconstruction d’un secteur plus juste, équitable et durable. Nous continuerons d’appuyer et d’accompagner le secteur durant cette transition en faisant, comme nous l’avons toujours fait, preuve d’agilité, d’empathie et de détermination. 

S’il est une seule leçon que nous devons tirer de la crise actuelle, c’est celle du caractère essentiel des arts dans nos vies, un besoin fortement exprimé par la population et, évidemment, par les artistes. Il y a urgence à préserver et reconstruire notre secteur pour répondre à ce besoin essentiel. 

En décembre dernier, j’ai invité les artistes, groupes et organismes artistiques à préparer des projets qui créent des emplois. Je lançais cette invitation pour que la communauté soit prête à répondre à l’initiative que nous lancerons avec les fonds supplémentaires pour le Conseil que le gouvernement a annoncés dans son dernier énoncé économique. Soyez prêts!

Enfin, je veux remercier tous les artistes, les organismes, nos différents partenaires, les membres du grand public et, bien entendu les membres du conseil d’administration ainsi que le personnel du Conseil des arts, qui ont participé aux discussions et au sondage en vue de notre prochain plan stratégique. Ce plan sera à la hauteur des ambitions du secteur et de son immense potentiel de contribution à notre développement collectif et, surtout, à un avenir plus juste, équitable, inclusif et durable. 

J’ai hâte d’entendre vos questions et je lance maintenant la période de questions. Nous sommes prêts à répondre à vos questions. 

[Éliane Laberge] 

Merci, Simon. 

Je m’appelle Éliane Laberge, et je suis la coordonnatrice, Communautés et engagement numérique au Conseil des arts du Canada. 

Pour l’APA de cette année, nous vous avons demandé d’envoyer vos questions par courriel avant l’événement. Nous vous avons aussi invités à vous joindre à la conversation sur Twitter, avec les mots-clics #CanadaCouncil21 et #Conseildesarts21. 

Nous avons reçu plus de 70 questions avant l’APA, un nombre record pour nous. 

Bien sûr, comme Michelle l’a mentionné au début de l’Assemblée, nous ne pouvons pas répondre à toutes les questions reçues, mais il vous est toujours possible de faire un suivi après l’événement, ou à tout moment au cours de l’année, en écrivant à : feedback@canadacouncil.ca ou à retroaction@conseildesarts.ca. 

J’aimerais aussi mentionner que les questions reçues au sujet de demandes de subvention précises ont été transmises au personnel des programmes avant l’événement. 

Nous avons également reçu des questions sur les déductions fiscales et les programmes de subventions. Si vous avez des questions sur ces sujets, nous vous encourageons à consulter notre site web ou à communiquer avec le personnel des programmes. 

Parmi les autres questions, nous avons sélectionné plusieurs questions qui représentent des thèmes qui intéressent plusieurs d’entre vous. 

Sans plus tarder, je commencerai cette portion de questions-réponses avec notre première question. 

Nous avons reçu plusieurs questions à propos de l’impact de la COVID-19 sur la stratégie de financement du Conseil et de ses programmes. 

Pour traiter de ce vaste sujet, je vais commencer par une question posée par Adam Basanta. La question est représentative de questions semblables. Elle traite du financement versé aux artistes individuels par rapport au financement des organismes, et de la redistribution des fonds prévus pour les déplacements, qui n’ont pas été dépensés alors que ces subventions ont été suspendues par le Conseil. 

Adam demande :« En 2019-2020, aucune subvention de déplacements n’a été accordée. Cet argent a-t-il été redistribué à d’autres programmes, si oui, comment? » 

Je vais demander à ma collègue Carolyn Warren de briser la glace en répondant à cette question. 

[Carolyn Warren] 

Merci Éliane. Avant que je commence à répondre, je veux dire que les gens ont eu des problèmes techniques et ont eu du mal à avoir accès à la diffusion en direct de cette rencontre. Vous aurez accès à l’enregistrement plus tard et nous nous en excusons. Mais, voici les aléas techniques juste à un moment clé où on voudrait que tout se passe en douceur. Toutes mes excuses. J’espère que vous pourrez prendre connaissance du contenu plus tard. 

À la question posée par Adam, d’abord mes remerciements, à savoir comment nous comptons répartir les fonds relatifs aux subventions permettant les déplacements et les voyages. D’abord oui, ces fonds ont été redistribués, mais en fait, quelques subventions de déplacements avaient déjà été accordées en 2019 et au début de 2020, avant les restrictions du mois de mars. Bien entendu, après l’apparition de la pandémie, et la prolongation des interdictions de voyager, le nombre de demandes a diminué considérablement, et nous avons suspendu les dates limites de nosconcours pour les déplacements. Les fonds ont été réacheminés à d’autres programmes, en plus de quelque quatre millions de dollars en économies. Ces fonds ont été affectés essentiellement aux artistes individuels aux fins de recherche, de création et de production de projets, dans le cadre de notre programme Explorer et créer. Cela a été extraordinaire de voir que nous avons reçu un nombre important de demandes – sans précédent, soit quelque 8 600. Plus de 3 000 subventions seront donc accordées partout au pays cette année. 

Je veux aussi mentionner qu’au fur et à mesure que nous étudiions ces demandes, nous nous sommes rendu compte que bon nombre de candidats, en raison du confinement prolongé et des restrictions entourant les déplacements, se sont tournés vers des plateformes électroniques permettant la création et la collaboration. Non seulement à l’échelle locale ou nationale, mais également sur le plan international. Il y a par ailleurs des activités hybrides qui combinent le virtuel et le réel, comme des visites de studios, des ateliers, des tournées virtuelles, et même des performances. Alors merci encore, Adam. 

[Éliane Laberge] 

Merci infiniment Carolyn. Merci beaucoup. Comme Carolyn l’a dit, nous éprouvons des difficultés techniques et nous prendrons une pause de cinq minutes pour permettre d’améliorer votre expérience. Comme mentionné au début, nous avons quelques problèmes techniques. Nous allons prendre une petite pause de cinq minutes pour résoudre la situation et faire en sorte que le plus grand nombre d’entre vous puisse suivre l’événement avec nous, et la période de questions. Alors on vous remercie beaucoup de votre patience et de votre compréhension et on est de retour avec vous très bientôt. Merci. 

Bonjour à tous. Bonjour tout le monde, désolée pour ce problème technique et merci de votre patience. Merci de votre patiencealors que nous étions à résoudre ceproblème technique. 

Nous allons poursuivre la période de questions. 

La prochaine question a été posée par Julie Hétu, qui s’inquiète du fait que les fonds d’urgence du Conseil aient été largement orientés vers le soutien aux organismes et la création d’œuvres numériques, plutôt que sur un appui direct aux artistes. Elle mentionne que : « Un artiste, écrivain, danseur, etc., ne cherche pas constamment à se réinventer, il ne cherche pas non plus à innover du point de vue technologique (il se servira de la technologie si cela lui parle, mais pas comme une fin en soi). Se tourner vers le numérique pour survivre nous force la main, alors que nos démarches artistiques ne sont pas la technique. » 

Elle pose ensuite la prochaine question : « Pourquoi les organismes et le développement du numérique est une priorité sur le soutien aux artistes? » 

J’aimerais demander à Simon Brault d’y répondre s’il vous plaît. 

[Simon Brault] 

Merci Julie Hétu pour la question. La première chose à dire, c’est que dès le début de la pandémie, si on se rappelle bien, le gouvernement fédéral a annoncé des mesures de soutien universelles pour les individus et pour les organisations. Au Conseil des arts, ce qu’on a fait à ce moment-là, ça a été beaucoup de plaider avec succès pour que les travailleurs autonomes qui représentent une grande partie des artistes au Canada (artistes et concepteurs, conceptrices, techniciens, techniciennes), on a vraiment plaidé pour que les travailleurs autonomes soient couverts par les mesures universelles. Et aussi pour que les entreprises culturelles, souvent des organismes à but non lucratif soient aussi couverts par les mesures universelles du gouvernement qui s’adressaient aux entreprises. 

Par la suite, on a beaucoup concentré effectivement notre aide, au début, aux organismes, avec nos propres fonds et avec des fonds d’urgence pour s’assurer que le secteur ne s’effondre pas, n’implose pas avec la pandémie, et aujourd’hui on réalise depuis quelques mois en particulier, que beaucoup d’organismes ne sont pas capables de générer un niveau d’activité qui fait que les artistes travaillent. Donc on attend présentement le troisième montant d’aide pour le Conseil des arts du Canada qui a été annoncé dans l’Énoncé économique de l’automne par la ministre Freeland, et notre intention, c’est vraiment de concentrer cette aide-là pour soutenir des projets artistiques qui vont générer de l’emploi pour les artistes et leurs collaboratrices et collaborateurs. 

On attend le moment où on va pouvoir annoncer les détails, mais on va vraiment passer, dans les mesures d’urgence. Notre accent va se transférer du soutien aux organisations au soutien plus aux individus et aux projets qui génèrent de l’emploi. 

En ce qui concerne le numérique, on en a effectivement beaucoup parlé depuis le début de la pandémie, et pour cause, parce que les publics et les artistes ont vu dans le numérique un des rares moyens pour établir et maintenir une communication et distribuer les contenus artistiques et littéraires. 

Je dois dire quand même, et c’est important à retenir, que depuis le début de la pandémie, le Conseil des arts n’a pas investi plus que 11 % de ses ressources totales pour soutenir des projets spécifiquement numériques. Donc 89 % de toutes nos subventions sont allés à des projets de création, de développement, de recherche, au fonctionnement des organismes, des projets non spécifiquement numériques.

[Éliane] 

Merci, Simon.Voilà notre prochaine question. 

Tina Lameman demande : « Comment l’industrie du cinéma, ou le secteur artistique en général, fait pour vérifier si une personne est réellement autochtone? » 

Je voudrais poser cette question à notre président, Jesse Wente. 

[Jesse Wente] 

Merci beaucoup, Tina pour votre question. C’est évidemment un enjeu assez nuancé, assez sensible et assez délicat, et il faut l’aborder dans une perspective de réduction des torts. Les pratiques exemplaires dans le secteur culturel tendent à s’appuyer sur une forme ou une autre d’auto-identification. De telles politiques sont toujours en évolution. L’organisme que je dirige, par exemple, qui est dans le domaine du film, soit le Bureau de l’écran autochtone,cherchera à étudier cet enjeu et nous le ferons avec APTNdans les mois à venir, et cela pour faire évoluer nos propres politiques face à cet enjeu.Nous entamerons une discussion avec les aînés et des experts du domaine. Et par la suite, cette initiative sera élargie à la collectivité à l’été pour obtenir des orientations. Une politique en découlerait à l’automne. Bien que cela serait propre aux politiques du Bureau de l’écran autochtone et du secteur du film, je pense certainement qu’une institution telle que le Conseil des arts tirerait profitde ce processus de mobilisation de la communauté,qui s’axe autour de l’autodétermination des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Je crois donc que le Conseil pourra tirer des leçons de ce processus, qu’il le regardera et orientera ses propres politiques à la lumière de ce qui sera fait. Voilà le plan. 

C’est un enjeu qui est là depuis longtemps, depuis très longtemps en ces terres, et continuera d’exister. Nous voulons collaborer avec nos collectivités pour nous assurer de bien les servir, du mieux que nous pouvons.Chi Miigwetch. Merci pour cette question. 

[Éliane Laberge] 

Chi Miigwetch, Jesse. Passons à la prochaine question. 

Comme plusieurs personnes au cours de cette pandémie, le Conseil a dû modifier sa façon de travailler – et un grand nombre de notre personnel travaille désormais à distance. 

Ces faits ont inspiré Patricia Huntsman, qui a posé la question suivante : « Comme les organismes ont prouvé qu’ils pouvaient s’ajuster au télétravail, le Conseil va-t-il envisager un modèle décentralisé pour une partie de ses opérations, de sa prestation de programme et de sa dotation, notamment en distribuant ses rôles dans des régions de partout au pays? » 

Je vais diriger cette question à Simon Brault. 

[Simon Brault] 

Merci,Patricia,pour cette question. Comme vous le savez, le Conseil des arts, à l’instar de plusieurs institutionsau pays, a été touché par la pandémie. Néanmoins, nous avons été chanceux de pouvoir nous adapter très rapidementau télétravail, et nous avons pu répondre aux besoins de la collectivité, en dépit du fait que nous travaillions d’une manière tout à fait nouvelle. 

Nous avons en fait prouvé au fil des 10 mois écoulés que nous pouvons faire beaucoup de travail en situation de télétravail. Ce qu’on essaie de faire, à ce moment-ci, c’est essayer d’envisager ceà quoi ressemblera le Conseil des arts après la pandémie. Ce n’est pas une question à laquelle nous avons pleinement répondu. Mais nous croyons que nous adopterons un modèle hybride qui serait une combinaison de télétravail et d’un usage différent de nos locaux ici à Ottawa. Et aussi un modèle asymétrique. Parce que, différentes tâches et différentes équipes pourraient travailler différemment. Nous ne voulons pas imposer un seul modèle hybrideà tout le monde au Conseil. 

Cela étant dit, même si nous ne cherchons pas à décentraliser le Conseil pour ce qui est de la prestation de serviceset tout le reste, nous sommes bien conscients que nous avons acquis beaucoup plus de flexibilité quant à la manière de travailler. Et cela nous permet d’envisager que certains de nos membres travailleraient hors de la région de la capitale nationale quand cela répond aux besoins du Conseil. Par exemple, nous savons que pour être plus présents dans certaines régions du pays, comme le Nord, il serait envisageable que des agents de programme travaillent dans ces régions pour renforcer la présence et la capacité de travail du Conseil. Donc au fil des mois à venir, nous déterminerons ce qui sera le nouveau modèle pour après la pandémie, et nous ferons des embauches. Nous verrons, au cas par cas,à quel point nous pourrons faire preuve de flexibilité pour ce qui est des arrangements du télétravail ou du travail en région hors d’Ottawa. L’idée toujours serait de s’assurer que le Conseil des arts continue d’offrir des services aux collectivités, tout en continuant à maintenir un dialogue avec les communautés artistiques, et ce, sur ce territoire très vaste et à l’avenir. 

Restez à l’affût! 

[Éliane Laberge] 

Merci, Simon. Et maintenant, notre dernière question. 

Dans l’esprit des importantes conversations qui ont lieu au Canada, et partout dans le monde, sur le racisme envers les personnes noires, nous avons reçu la question suivante de Rehaset Yohanes : 

« Compte tenu de l’attention mondiale portée récemment aux inégalités systémiques vécues par les personnes noires, y aura-t-il du financement exclusivement consacré aux artistes noirs du Canada dans le prochain cycle de subventions? » 

Maintenant, cette question, je la pose à mon tour àma collègue, Carolyn Warren. 

[Carolyn Warren] 

(En sourdine). Mes excuses. Merci Éliane. Merci à Rehaset Yohanes pour sa question. Oui, nous continuerons à consacrer des fonds spécifiquement pour soutenir l’équité, pas seulement pour le prochain cycle, mais pour toujours. Le Conseil est convaincu que nous devons tous agir, individuellement et en tant que groupe, pour créer une société qui ne ferait aucune place au racisme, et en tant qu’organisme de financement public, nous sommes déterminés à promouvoir l’équité raciale et à créer un secteur des arts et une société véritablement inclusifs. 

La création artistique ne peut pas s’isoler de la réalité historique et des injustices. On doit lereconnaître et trouver des solutions. Nous croyons que nous pouvons faire avancer et respecter l’expression de la liberté artistique, tout en faisant la promotion de l’équité. Nous avons des mesures stratégiquesd’équité en place, nous avons des fonds qui ciblent des groupes désignés comme prioritaires, des artistes et des organismesartistiques de diverses communautés culturelles, y compris celles des personnes noires. Je crois qu’il est important de réitérer que nos pairs évaluateurs sont sélectionnés de manière à représenter une diversité d’horizons et d’expériences. 

Nous demandons aussi aux pairs, dans leur évaluation en comité, detenir compte des contextes historiques, y compris desobstacles systémiques vécus par les groupes visés par l’équité. Il est aussi important de noter qu’une condition d’obtention d’une subvention est que le bénéficiaires’engage à fournir un milieu sécuritaire et exempt de discrimination. Je crois qu’il serait juste de dire que le Conseil pense que l’inclusion et la diversité sont essentielles à la pérennité du secteur de l’art, à sa pertinence et à sa viabilité, à la sortie de cette pandémie. Et cela sera un aspect clé de notre prochain Plan stratégique. C’est avec plaisir que j’envisage de travailler avec la communauté artistique noire pour aborder des mesures tangibles pour appuyer les artistes canadiens noirs et lutter contre le racisme. Merci encore de votre question. 

[Michelle Chawla] 

Merci Carolyn et Éliane. 

Afin de conclure notre période de questions, j’aimerais souligner que nous avons reçu plusieurs questions qui traitaient de notre façon d’aborder diverses formes de discrimination – dans notre travail au Conseil, dans le secteur des arts et dans l’ensemble de la société. 

La pandémie a mis en lumière plusieurs inégalités vécues partout au Canada. Ces inégalités se rapportent à la race, à l’autochtonie, au handicap, au genre, à la sexualité, à l’âge et à la langue – entre autres – et aux diverses intersections de l’identité. 

Nous sommes conscients que vos questions sur la discrimination méritent toute notre attention – bien plus que les courtes réponses que nous pouvons fournir lors d’une Assemblée. 

Nous souhaitons rappeler que la lutte contre la discrimination sera au cœur de notre Plan stratégique 2021-2026 et de notre travail pour les prochaines années. 

Nous sommes déterminés à travailler avec les différentes communautés confrontées à la discrimination alors que nous balisons le chemin à suivre, ensemble, pour nous assurer que les arts soient ouverts à tous et à toutes. 

Ce travail à venir demande de la réflexion, de l’intelligence, de la rigueur, de la compassion et de la collaboration. Il exigera aussi d’établir de nouvelles relations, et d’améliorer nos liens existants. 

À première vue, ces efforts peuvent sembler intimidants, et même décourageants. D’autant plus que la pandémie a mis à rude épreuve la santé physique et mentale de tant de personnes. 

D’ailleurs, nous portons dans nos cœurs et nos pensées ceux et celles qui ont perdu des êtres chers durant cette pandémie. 

Alors que nous mettrons derrière nous ces moments difficiles, les arts auront un rôle important à jouer. J’ai hâte de travailler de concert avec vous pour que les arts puissent jouer leur rôle aussi pleinement que possible. 

Sur ce, il est temps de terminer cette Assemblée. 

Je souhaite remercier tous ceux et celles qui ont pris la parole avec nous.Je remercie nos présentateurs. 

Les discours de l’événement seront publiés sur notre site web bientôt, et nous diffuserons également un enregistrement de l’Assemblée sur notre site. 

C’est ce qui conclut notre Assemblée.Prenez bien soin de vous. Merci.