Des artistes autochtones au Folk Alliance International

Des artistes autochtones bien en vue lors du Folk Alliance International

12 avril 2019

Le Conseil des arts du Canada soutient le premier Sommet international sur la musique autochtone lors du congrès Folk Alliance International de 2019

Le Folk Alliance International (FAI) est le rassemblement annuel par excellence de la communauté et de l’industrie de la musique folk. Le congrès de cette année s’est tenu à Montréal du 13 au 17 février 2019. Au menu : des participants d’une multitude de pays, des centaines d’activités et de programmes triés sur le volet, et des milliers de prestations.

Le FAI de cette année comprenait un Sommet international sur la musique autochtone, financé en partie par le Conseil des arts du Canada. Y ont participé quelque 150 artistes, professionnels des arts, militants et commissaires de plusieurs pays, notamment du Canada, des États-Unis, de la Suède, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

À la suite des prières, des chansons d’ouverture et de la présentation des participants, la célèbre auteure-compositrice-interprète crie Buffy Sainte-Marie a pris la parole. Elle a abordé des thèmes très variés tels que l’impact des pratiques coloniales sur les musiciens autochtones d’aujourd’hui et les racines issues du théâtre yiddish de l’industrie nord-américaine du divertissement. Son invitation lancée aux participants à « pratiquer davantage » s’inscrit dans l’esprit d’une croissance continue et du développement artistique de toute une vie.

Une discussion libre a suivi l’allocution de Buffy Sainte-Marie. Des artistes ont soulevé différents enjeux, comme la violence latérale, la santé mentale et la nécessité de collaborer en continu et d’appuyer un écosystème musical solidaire et durable, ancré dans les valeurs autochtones.

Les séances suivantes, tenues le vendredi et le samedi s’apparentaient à des groupes de travail. Les participants, en plus petits groupes, ont pu discuter des enjeux en profondeur et voir comment traduire leurs idées en actions concrètes. Voici certaines des idées qui ont été exprimées :

  • Le besoin d’augmenter le nombre d’organismes issus de la base – pour réseauter, organiser des spectacles et des tournées, partager des contacts et établir de nouvelles collaborations;
  • L’importance des échanges culturels entre les peuples Autochtones des différentes parties du monde – ex. ceux du Canada et de l’Australie;
  • La création d’un Bureau de la musique autochtone, semblable au nouveau Bureau des productions audiovisuelles autochtones.

Au-delà du Sommet international sur la musique autochtone, les artistes autochtones étaient fortement présents tout au long du FAI. Nick Sherman, Amanda Rheuame, Leela Gilday, Jay Gilday, Mama Mihirangi and the Mareikura, Glenn Skuthorpe, et Digging Roots ne sont que quelques-uns des artistes qui y ont offert des prestations. La salle consacrée aux spectacles autochtones était constamment remplie pour les spectacles intimes donnés par Celeigh Cardinal, Adrian Sutherland de Midnight Shine, Josh Halverson et bien d’autres. Buffy Sainte-Marie et Tanya Tagaq – qui faisaient toutes deux la promotion de livres – ont aussi fait salle comble.

Voilà un des nombreux exemples d’initiatives dynamiques pour les artistes autochtones que le Conseil appuie. Suivez-nous dans les médias sociaux pour en découvrir d’autres!