Maison du Canada

Les arts et les changements climatiques

15 janvier 2020

Billet de blogue du directeur et chef de la direction, Simon Brault

Nous constatons chaque jour les nouvelles conséquences dramatiques de la hausse continue des températures. Les scientifiques sonnent l’alarme depuis longtemps : les causes des changements climatiques sont connues et documentées. Nombre pensent que les feux qui ravagent l’Australie ne sont que le prélude d’autres catastrophes destructrices et meurtrières.

Des jeunes de partout dans le monde descendent dans les rues pour appeler à la mobilisation. Angus Reid révélait en 2019 que 72 % des Canadiennes et des Canadiens étaient en accord avec les revendications mondiales des jeunes en faveur du climat.

Ces revendications de la jeunesse vont au-delà de la simple prise de conscience, elles visent une véritable justice climatique.

La mobilisation pour la justice climatique

L’approche de justice climatique englobe des considérations morales, politiques, éthiques et culturelles. Elle englobe les approches environnementales, techniques ou physiques et va au-delà des celles-ci. La justice climatique examine les inégalités sociales et des droits fondamentaux et collectifs et pose la question des droits des générations futures et celle des responsabilités historiques. Et les inégalités climatiques sont réelles. L’exemple des territoires du Nord du Canada, que j’ai visités à l’été 2019, est probant.

En 2019, l’augmentation du réchauffement progressif depuis 1948 était de 1,7  °C. Un record absolu. Pour les territoires du Nord du Canada dont la population est à plus de 50 % autochtone, cette augmentation se chiffre à 2,3  °C[i]. Des conséquences désastreuses se font déjà sentir : dégradation accélérée du pergélisol, disparition de certaines plantes, pollution de l’eau et effets directs et catastrophiques sur les modes de vie traditionnels des populations autochtones. Grandement touchés, les Inuits et les Premières Nations ne sont pourtant pas souvent à la table où se discutent les enjeux climatiques.

La nécessité d’une justice climatique mobilise de plus en plus les communautés artistiques et notamment celles autochtones. Avec raison, elle prend racine auprès des citoyens et mise sur l’inclusion et l’équité.

Le Conseil des arts du Canada et les changements climatiques

Nous développons actuellement notre plan stratégique pour 2021-2026 et nous aspirons à un positionnement solide et conséquent sur la question du dérèglement climatique. Et ce positionnement intégrera une perspective autochtone authentique et un point de vue internationaliste et inclusif.

En plus de s’intéresser aux approches innovantes sur le plan environnemental en matière de production et de diffusion, le Conseil va continuer à soutenir la création qui traite des enjeux climatiques dans toutes les dimensions que choisissent d’explorer les artistes. Le Conseil va aussi continuer à faire preuve d’exemplarité dans la façon dont il contrôle et réduit sa propre empreinte écologique. Tout en poursuivant nos initiatives de réduction, récupération et verdissement, nous examinerons attentivement la façon dont nous conduisons toutes nos opérations. Cette exemplarité accrue est exigée avec raison par nos employés et par la communauté et elle sera garante de notre crédibilité publique afin d’avoir une voix au chapitre sur l’enjeu le plus pressant de notre époque.

Dans les prochains mois, nous allons aussi mener des discussions avec des artistes et des organismes pour nous aider à définir les mesures concrètes qui seront mises de l’avant tout en proposant une vision de la justice environnementale qui intègre pleinement les arts et la culture.

[i] Bush, E. et D.S Lemmen, éditeurs. « Section 8.4.1 : Changements dans le Nord du Canada »

Rapport sur le climat changeant du Canada, gouvernement du Canada, Ottawa, Ontario, 2019, 446 p.

Mots-clés Arts du Nord