Maison du Canada

Pour une relance de la diplomatie culturelle du Canada

22 novembre 2019
Photo : Alex Marc

Billet de blogue du directeur et chef de la direction, Simon Brault

Le Conseil des arts du Canada : un partenaire incontournable

Depuis quelques années, le Conseil est très engagé dans des initiatives majeures de diplomatie culturelle en collaboration avec le gouvernement du Canada et ses ambassades à l’étranger. Fort de ses connaissances et de ses liens avec le milieu artistique et misant sur son indépendance décisionnelle, il contribue à l’évolution de la pensée et de l’action dans ce domaine.

Le rapport du Sénat et une intention gouvernementale claire

Le 13 juin dernier, le Comité sénatorial permanent des affaires étrangères et du commerce international a publié La diplomatie culturelle à l’avant‑scène de la politique étrangère du Canada. Ce premier examen complet de la question depuis 1994, insiste sur l’importance déterminante d’un soutien financier constant, prévisible et stratégique de la part du gouvernement pour déployer une véritable stratégie de diplomatie culturelle.

L’importance et la valeur de la diplomatie culturelle sont indéniables. La diplomatie culturelle est intimement liée à la diplomatie publique. L’art, la littérature et la culture constituent une dimension incontournable d’une diplomatie publique efficace, tout en laissant aux diplomates la latitude dont ils ont besoin pour accomplir la mission étatique qui leur est confiée. Pour le Conseil, la diplomatie culturelle est l’une des façons de faire rayonner encore davantage à l’échelle de la planète la création artistique ou littéraire qu’il finance déjà.

J’ai d’ailleurs eu maintes occasions d’en discuter sur différentes plateformes, notamment lors de rencontres organisées par notre ambassadrice Isabelle Hudon à Paris.

Mexique, Allemagne, Côte d’Ivoire : la diplomatie culturelle en action

Nous sommes déjà très présents sur l’échiquier mondial de la diplomatie culturelle. Grâce aux démarches du Conseil, le Canada a été choisi comme pays à l’honneur lors du Festival Internacional Cervantino 2019. Outre la présentation de 17 spectacles provenant de partout au Canada, ce fut également l’occasion idéale de célébrer le 75e anniversaire des relations diplomatiques entre le Canada et le Mexique. L’ambassade du Canada à Mexico et Affaires mondiales Canada ont d’ailleurs présenté et financé une série d’activités à la Casa Canada avec d’autres partenaires comme Patrimoine canadien, la SODEC, le Musée des beaux-arts du Canada et Téléfilm Canada.

Au cours des mois précédant la Foire du livre de Francfort de 2020 où le Canada sera l’invité d’honneur, le Conseil soutiendra la présence de centaines d’artistes et compagnies de toutes les disciplines artistiques sur l’ensemble du territoire allemand. Dans le cadre d’ententes formelles avec le ministère des Affaires étrangères et Patrimoine canadien, nous menons ainsi la plus grande opération de diplomatie culturelle qui nous ait été confiée jusqu’à maintenant.

En mars 2020, le Canada sera aussi l’invité d’honneur du Marché des Arts de la Scène d’Abidjan (MASA) en Côte d’Ivoire grâce à une entente conclue directement avec le Conseil. Là encore, on fera le pont entre la volonté de rayonnement de nos artistes et le renforcement de la présence canadienne, cette fois-ci en Afrique.

Les arts du Canada au cœur d’une diplomatie culturelle renouvelée

Notre plus importante contribution au rayonnement international de nos artistes et de leurs œuvres continuera de provenir de notre programme de subventions Rayonner à l’international. Nos critères de financement reposent sur la qualité artistique des projets et les impacts sur le développement des bénéficiaires. Ici, les artistes et organismes définissent eux-mêmes les finalités qu’ils visent.

La réussite des activités de diplomatie culturelle suppose que les artistes qui s’y engagent le fassent en toute conscience des enjeux qui dépassent souvent leur présence et performance normales. Elle demande aussi que le choix des propositions artistiques soit pertinent et libre de tout compromis (c’est là que le rôle du Conseil est le plus important) et que le personnel diplomatique soit respectueux des artistes et du public invité aux événements. La diplomatie culturelle s’apparente alors à la médiation culturelle, c’est-à-dire à une convocation à échanger librement au sujet de l’œuvre, sans porter de jugement sur la position de chacun et sans imposer un point de vue.

C’est très souvent à la croisée du rayonnement artistique, de l’action diplomatique et des approches de commerce ou d’exportation culturelle que tout se passe. Les artistes accroissent la portée de leur création, les diplomates approfondissent des relations et les marchés pour l’art et la culture se développent.