À mi-chemin du plan stratégique

15 janvier 2019
 

Assemblée publique annuelle, discours de Pierre Lassonde
15 janvier, 2019

J’aimerais à mon tour remercier les personnes qui sont avec nous aujourd’hui. Chaque année, votre présence à toutes et à tous est une reconnaissance de l’importance que vous accordez au Conseil et, je dirais plus encore, une reconnaissance de son impact grandissant sur la vie des Canadiennes et des Canadiens.

Comme vous le savez, nous sommes à mi-chemin du doublement progressif de notre budget. Et j’aimerais profiter de l’occasion pour remercier le gouvernement actuel pour ce doublement du budget du Conseil. À ma connaissance, rares sont les organismes nationaux de financement des arts dans le monde qui se trouvent dans une situation comme la nôtre qui leur permet d’investir aussi stratégiquement dans l’avenir du secteur des arts. Et je souligne national, car la Ville de Calgary vient d’annoncer un doublement de son investissement dans les arts.

Le Conseil se réjouit d’avoir les moyens dont il dispose aujourd’hui pour appuyer les arts et les artistes afin qu’ils occupent la place importante qui leur revient dans la société et aient leur plein impact auprès de la population.

Merci aussi au nom des artistes qui ont désormais des moyens accrus pour donner à la population accès à leur grande créativité. L’impact se fait déjà sentir dans un grand nombre de communautés au Canada. Et ce n’est qu’un début.

Et plusieurs bénéficient de cette force d’innovation. Pour les gens d’affaires comme moi qui voient l’importance mesurer les résultats de nos investissements, les retombées économiques sont tangibles : en 2016, plus de 650 000 emplois au Canada étaient liés à la culture et le produit intérieur brut de la culture pour la même période s’établissait à plus de 53 milliards de dollars.

J’aimerais ici que nous fassions une pause pour regarder la vidéo produite par le Conseil et aussi remercier les artistes et organismes qui ont soumis des images et des vidéos pour sa production.

(Diffusion de la vidéo du Conseil.)

Cette vidéo exprime remarquablement la diversité et le dynamisme de la création artistique et de ses impacts sur nous.

Bien entendu, l’annonce du doublement du budget a aussi provoqué de grandes attentes et soulevé des questions, tant de la part des bénéficiaires actuels de celles et ceux que le Conseil tente de joindre pour la première fois. Je tiens à faire savoir à la communauté artistique que le conseil d’administration est bien au fait de ces questions et que nous continuons d’être à l’écoute. C’est pourquoi nous allons continuer d’expliquer ce doublement progressif, car doublement progressif signifie que les investissements accrus se font aussi de façon progressive, soit sur cinq ans, et selon des objectifs de financement bien précis. Et dont Simon fera état des avancées.

Une gouvernance solide et transparente

Nos investissements accrus, nous les faisons en respectant nos processus, nos principes et nos engagements stratégiques. À cette fin, une saine gouvernance du Conseil des arts est essentielle. La gestion des fonds publics doit être faite de façon transparente et elle doit tenir compte des réalités sociales, qui sont diverses et changeantes.

Et afin de s’assurer que cette saine gestion reste toujours optimale, le Conseil dispose de diverses entités, comme le conseil d’administration et ses comités. Mais un regard externe est toujours souhaitable. Et je veux faire ici une courte parenthèse. Tous les dix ans, le Conseil se soumet à un examen spécial du Bureau du vérificateur général du Canada. C’est un audit de performance à la suite duquel le vérificateur général formule une opinion sur la gestion du Conseil dans son ensemble.

Le dernier examen s’est déroulé en 2018. C’est un exercice long et complexe au cours duquel le Conseil est tenu de fournir un nombre incroyable de documents qui doivent être examinés. J’en profite pour féliciter les différentes équipes qui se sont mobilisées pour s’assurer de répondre aux demandes avec une grande rigueur. Vous avez accompli un travail colossal.

Et le rapport s’est avéré très positif. Il a non seulement validé la qualité de la gestion du Conseil, il a aussi confirmé l’efficacité de sa nouvelle orientation. Et les différentes recommandations formulées par le vérificateur permettent au Conseil de s’ajuster en conséquence. Fin de ma parenthèse.

Je parlais plus tôt de transparence, et c’est une des raisons pour lesquelles le Conseil planifie deux grandes communications annuelles avec les Canadiennes et les Canadiens. Tout d’abord, le Conseil produit son Rapport annuel. Son rapport fait le point sur le financement et sur l’avancement de ses engagements.

L’Assemblée publique annuelle comme celle d’aujourd’hui est l’autre occasion du Conseil de rendre compte de ses activités et de répondre à plusieurs questions.

En 2018, notre personnel a aussi tenu des séances d’information dans tout le pays pour traiter de sujets variés avec des groupes variant de 50 à 200 personnes. Ces rencontres sont des occasions uniques pour échanger directement avec la communauté artistique.

Outre les activités du Conseil, celles de la Commission canadienne pour l’UNESCO sont souvent convergente avec celles du Conseil et elles apportent aussi une réelle contribution à notre société. L’initiative Parlons réconciliation, menée avec divers partenaires a, jusqu’à maintenant, suscité de riches conversations entre Autochtones et non-Autochtones à partir du visionnement de films d’artistes autochtones, et cela, dans une trentaine de bibliothèques du Canada.

Le Conseil est aussi présent sur différentes tribunes clés. Et j’ai été ravi de participer cette année à l’une d’elles avec notre vice-présidente Nathalie Bondil et Simon Brault. Nous avions été invités par le Conseil des relations internationales de Montréal (le CORIM) pour discuter de l’importance des arts sur la scène internationale. Le thème général était « Pourquoi les arts doivent-ils traverser les frontières? ». Cette rencontre a permis de montrer à quel point nos expertises variées peuvent expliquer et mettre en valeur les forces du Conseil.

Une expertise de plus en plus diversifiée

Et parlant d’expertise, j’aimerais vous dire un mot sur notre conseil d’administration. Il comprend 11 membres, et l’expertise et la diversité de ce groupe méritent d’être soulignée.

Cette année, nous avons accueilli deux nouveaux membres, soit Karl Schwonik, de Medicine Hat, en Alberta, et Kim Spencer-Nairn, de Vancouver, en Colombie-Britannique. Tous deux ont une très bonne expérience en gestion d’organismes artistiques. Ils se joignent à une équipe solide, dont les diverses connaissances du domaine des arts et de ses réalités sont indéniables. Avec les six hommes et cinq femmes du CA, je crois que la gouvernance du Conseil est entre bonnes mains.

J’aimerais d’ailleurs en profiter pour féliciter notre vice-présidente, Nathalie Bondil qui vient tout juste de recevoir le prestigieux prix Peter Herrndorf. Directrice générale et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, Nathalie devient ainsi la première dirigeante d’une organisation culturelle québécoise à recevoir ce prix. Le prix Peter Herrndorf récompense chaque année un leader du domaine des arts et des affaires qui développe des partenariats. Sous sa direction, le Musée des beaux-arts de Montréal est devenu le musée le plus fréquenté au Canada. Nous avons une grande chance de profiter de son expertise au sein du Conseil.

Et nous avons bien de la chance de compter sur un conseil d’administration qui s’engage pleinement à véhiculer des valeurs qui touchent l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens.

Pour terminer, je veux aussi remercier Simon Brault pour sa direction éclairée et courageuse du Conseil. Et, bien sûr, j’aimerais exprimer ma gratitude à tout le personnel du Conseil qui est toujours aussi passionné et dont le travail est apprécié de tous.

Je suis convaincu que la prochaine année sera excitante pour les arts au Canada.

Merci.

Membre du conseil d'administration - Pierre Lassonde
Pierre Lassonde

Président, Conseil des arts du Canada

Mots-clés Discours Financement Événements