UNCEDED : Terres en récit

Simon Brault à la
Biennale di Venezia en 2018

24 mai, 2018
Photo : Mustard Shop

Simon Brault
Note d’allocution
Biennale di Venezia en 2018
25 mai 2018

Je suis ravi d’être avec vous aujourd’hui. Le Conseil des Arts du Canada appuie la représentation du Canada à la Biennale di Venezia depuis plusieurs années, mais, cette année, il a doublé son investissement le faisant passer à 500 000 $. Ce soutien financier accru s’inscrit dans notre engagement stratégique à rehausser le profil international de l’art et des artistes du Canada. Et je suis d’autant plus ravi que le Conseil des arts a non seulement appuyé la remarquable exposition Terres en récit : Terres non cédées (UNCEDED), mais qu’il soit allé au-delà de son simple rôle de bailleur de fonds dans cette aventure.

Première représentation menée par des Autochtones

Cela dit, mon sentiment est partagé puisque cette exposition est la première représentation officielle en architecture à l’Arsenal menée par des Autochtones. Si je salue cette première direction autochtone, je ne peux pas passer sous silence qu’elle aurait dû de toujours faire partir de l’histoire de notre présence à Venise. Depuis des années, je parcours le territoire que nous appelons Canada et je rencontre de grands leaders autochtones du milieu des arts. Je suis donc assuré qu’il s’agit aujourd’hui de la première de nombreuses autres représentations menées par des Autochtones. Merci À Douglas Cardinal, David Fortin et Gerald McMaster d’ouvrir la voie aux prochaines générations. En fait, un peu, comme les commissaires de cette 16e Biennale internationale d’architecture, qui, en présentant, le thème FREESPACE concluaient avec ce proverbe grec : « Une société grandit et progresse quand les anciens plantent des arbres, sachant qu’ils ne pourront s’asseoir à leurs ombres. »

L’humain, le bâti, la terre

Orchestré par le commissaire Douglas Cardinal, architecte de réputation internationale, avec l’appui de l’ainé Patrick Stewart et en collaboration avec l’auteur et professeur Gerald McMaster et l’architecte David Fortin, UNCEDED met en valeur les visions et réalisations de nombreux architectes et designers autochtones du Canada et des États-Unis. Le projet propose une vision du monde qui s’inscrit dans la durée et dans la résilience.

Au cœur de leur exploration : l’être humain. Plus précisément, les co-commissaires nous rappellent que nos environnements bâtis et les terres sur lesquelles ils s’érigent ne sont pas dénués d’histoire ou de signification. UNCEDED est un appel à l’ouverture, à la compréhension des traditions et des récits vécus que portent ces terres. UNCEDED est aussi un appel à la reconnaissance des liens inextricables de ces terres avec l’identité, la culture et le destin des premiers peuples et de tous les êtres humains qui y vivent aujourd’hui.

Ce projet est remarquablement rassembleur. Le Conseil souhaite nourrir des dialogues susceptibles de favoriser l’avènement d’une société plus juste, plus inclusive et plus innovante et je suis assuré que cette exposition y contribuera.

Un avenir commun : l’île de la Tortue

Au Conseil, nous avons pris l’engagement d’investir dans le renouvellement des relations entre les artistes autochtones et les publics autochtones et non autochtones pour qu’émerge un avenir commun. Et cela, selon une approche qui respecte et valorise l’expression artistique, les protocoles culturels, les droits et traditions et les visions du monde autochtones. Comme le souligne Gerald McMaster, je crois que le Pavillon de l’île de la Tortue contribuera à rétablir une expérience sans frontières.

L’art et la culture ont cette formidable capacité de provoquer, de rapprocher, de réconcilier et, souvent, d’abolir les distances entre les personnes et les peuples. La Biennale di Venezia en architecture permet ces rencontres entre les peuples, les personnes et les plus grands créateurs en architecture contemporaine. UNCEDED est à la fois un lieu de rassemblement et une expérience prenante, bouleversante.

Le Conseil des Arts du Canada est honoré d’être le principal subventionnaire de ce projet historique dont il sait qu’il inspirera les conversations nécessaires sur les droits des peuples autochtones.

Portrait - Simon Brault 2010
Simon Brault, O.C., O.Q.

Directeur et Chef

Simon Brault est directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada. Auteur du Facteur C : l’avenir passe par la culture, un essai sur l’avancement des arts et de la culture dans l’arène publique, il a participé activement à d’importantes initiatives, notamment à celle de l’Agenda 21C de la culture au Québec. Instigateur des Journées de la culture, il a aussi été membre fondateur de Culture Montréal et, de 2002 à 2014, président élu de l’organisme. En 2015, l'Ordre des CPA du Québec lui remettait le prestigieux hommage pour avoir réussi « à réunir deux univers que tout opposait auparavant, les arts et le milieu des affaires, une union des plus profitables pour l'ensemble de la société ». Suivez Simon Brault sur Twitter: @simon_brault

Mots-clés Discours International Autochtone Événements