Groupe de musiciens vu de dessus. La scène est éclairée par six projecteurs rouges.

Repenser, rétablir et façonner notre avenir

16 octobre, 2017
PHOTO : Kelsey McMillian, de Laughing Dog Photography

Les classes sont commencées depuis un mois et les cours d’histoire nous viennent à l’esprit à la suite d’un été caractérisé par des étapes importantes, des confrontations et des réappropriations qui ont marqué le 150e anniversaire du pays. Les pratiques artistiques qui portent sur la façon dont nous créons l’histoire peuvent être utilisées pour revoir le passé. De plus, l’art peut bouleverser les récits historiques populaires, repenser et rétablir le passé, et façonner l’avenir. C’est exactement ce que font les projets du programme Nouveau chapitre suivants :

Les matériaux de construction sont un rappel de l’histoire coloniale du Nord. Des jeunes de Kinngait (Cape Dorset, au Nunavut) examinent la dualité de ces matériaux et les récupèrent aux fins de la production artistique de l’installation Towards Something New And Beautiful + Future Snowmachines In Kinngait. Cette installation et ce projet, mis en œuvre par le collectif d’artistes PA System en collaboration avec des jeunes de Kinngait, consistent en des gravures, des vidéos, des motoneiges en pâte à modeler et des figures gravées dans les vestiges matériels d’une école brûlée. Le projet se terminera lorsque les jeunes auront obtenu de nouvelles motoneiges pour la pêche sur glace grâce aux fonds recueillis au moyen de leur production artistique. Vous pouvez visiter l’installation jusqu’au 10 décembre, au Musée des beaux-arts de l’Ontario.

Une image agrandie d’une sculpture représentant une motoneige. Celle-ci était initialement en pâte à modeler, mais elle est maintenant en aluminium et très texturée.
Une motoneige en pâte à modeler et coulée en aluminium, réalisée par les jeunes collaborateurs Moe Kelly et David Pudlat.
Un jeune homme nommé Lachaolasie est assis devant des œuvres d’art au Musée des beaux-arts de l’Ontario, y compris sa sculpture d’une motoneige.
Lachaolasie Akesuk est assis à côté de sa sculpture présentée à l’ouverture de l’installation Towards Something New And Beautiful + Future Snowmachines In Kinngait.
Des sculptures de motoneiges entourent une gravure dans un bloc de bois. En arrière-plan, on retrouve une dalle en marbre, une peinture de paysage et la casquette de baseball d’un jeune garçon.
Une partie de l’installation Towards Something New And Beautiful + Future Snowmachines In Kinngait.
Neuf petites figurines de cuivre représentant des jeunes de Kinngait sont placées sur une surface de bois coupé; certaines d’entre elles sont regroupées, d’autres sont dispersées.
Des figurines imprimées en 3D, coulées dans du cuivre, représentant des jeunes de Kinngait; celles-ci sont installées au Musée des beaux-arts de l’Ontario.

En 1963, le compositeur Robert Ashley a créé quatre trames sonores pour des personnages célèbres de l’histoire américaine. Son travail examinait les liens entre la musique et la façon dont l’histoire est façonnée. Maintenant, grâce au Ociciwan Contemporary Art Collective, une cinquième trame sonore a été créée par le collectif autochtone Postcommodity et le compositeur Alex Waterman. La pièce In Memoriam… honore trois femmes autochtones du territoire maintenant appelé l’Alberta, au tournant du siècle. Cette pièce, qui a été présentée cet été, mettait en vedette des musiciens autochtones de l’Alberta. Elle continue d’examiner la façon dont nous pouvons commémorer et créer un héritage.

Groupe de musiciens vu depuis les coulisses. La scène est sombre et éclairée par six projecteurs, et on y retrouve des séchoirs, un chiffon et des seaux d’eau.
In Memoriam... Mary Cecil, Victoria Callihoo (née Belcourt) et Eleanor Helene Thomas Garneau jouant la pièce au Francis Winspear Centre Photo: Kelsey McMillian, de Laughing Dog Photography
Trois artistes agenouillés près d’un séchoir et de seaux d’eau; l’un d’entre eux essore un chiffon. Nous les voyons de dos.
Cristóbal Martinez (Postcommodity), Alex Waterman et Becca Taylor (Ociciwan) jouant dans In Memoriam... au Francis Winspear Centre Photo: Kelsey McMillian, de Laughing Dog Photography

En 1977, l’activiste autochtone Leonard Peltier est condamné à l’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre de deux agents du FBI, lequel a été commis lors d’un conflit dans la réserve indienne Pine Ridge au Dakota du Sud. Son cas a suscité beaucoup de controverse, et Amnistie internationale a mentionné que son procès avait été injuste. L’artiste Stan Douglas recréera le procès de M. Peltier dans Locus Standi, une installation vidéo à quatre canaux qui utilise la méthode du théâtre documentaire. La pièce, qui débutera à Vancouver au mois de décembre, permettra au public d’examiner de nouveau le procès et d’établir un lien entre cette histoire ainsi que les histoires locales et les récits sociaux de lutte plus généraux.

À la suite du décès de Louis Riel, son compagnon Gabriel Dumont, un chef métis, a fui la Saskatchewan et a été recruté dans le Wild West Show de Buffalo Bill. Maintenant, grâce au Nouveau Théâtre Expérimental, un spectacle sera entièrement consacré à Gabriel Dumont. Le Wild West Show de Gabriel Dumont est une épopée contemporaine et audacieuse qui raconte la lutte du Métis canadien et fait connaître l’histoire de M. Dumont ainsi que de la Résistance du Nord-Ouest de 1885. Dix auteurs provenant des communautés métisses, autochtones, françaises et anglaises se sont réunis pour créer cette œuvre. Le spectacle sera lancé à Ottawa ce mois-ci, et des spectacles supplémentaires sont prévus à Montréal, à Winnipeg et à Saskatoon.

Un portrait de Gabriel Dumont. Il a un regard perçant et une barbe, et il porte une cape en fourrure sur les épaules. En arrière-plan, on peut voir des tipis et un bison.
Gabriel Dumont, illustration de Julie Charland

Afin de résumer cette leçon d’histoire inspirée par l’art… L’installation Towards Something New And Beautiful + Future Snowmachines In Kinngait bouleverse les récits coloniaux et partage les expériences vécues par les communautés inuites, alors que la pièce In Memoriam… célèbre des personnages oubliés dans une large mesure et examine les façons dont nous façonnons l’histoire. L’œuvre Locus Standi recrée une affaire controversée, mot pour mot, afin que nous puissions reconstituer l’histoire d’un homme, toujours vivant, qui ne peut pas le faire lui-même. Quant au Wild West Show de Gabriel Dumont, il crée un nouveau cadre grâce auquel on peut observer un personnage historique ainsi que sa résistance.

Nouveau chapitre est un programme ponctuel créé à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération. Par l’entremise de ce programme assorti d’un budget de 35 millions de dollars, le Conseil des arts du Canada a appuyé plus de 200 projets exceptionnels qui laisseront un héritage durable au sein de communautés partout au pays.