Fond bleu

Assemblée publique annuelle de 2017 : Pierre Lassonde, président

17 janvier, 2017
Président – Pierre Lassonde
17 janvier

Merci à toutes les personnes ici présentes et à celles qui sont en ligne.

J’aimerais souhaiter la bienvenue aux représentants du gouvernement du Canada et remercier celui-ci du fait qu’il compte toujours sur le Conseil des arts pour que l’art soit au cœur de la vie des Canadiens.

Comme bon nombre d’entre vous le savent, au printemps dernier, le gouvernement fédéral a annoncé une augmentation historique du budget alloué au Conseil des arts, car il le doublait sur cinq ans. Nous nous sommes engagés, au Conseil, à investir cette somme pour que l’impact sur tous les Canadiens soit réel et durable. Et cet investissement commence maintenant.

Cette année, les citoyens de tout le pays célébreront le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Des artistes et des organismes artistiques souligneront l’occasion par des projets exceptionnels, dont ceux qui seront financés par le programme Nouveau chapitre du Conseil des arts. Ensemble, ces projets vont créer un héritage culturel extraordinaire qui stimulera l’imagination des Canadiens pour des années à venir.

L’année 2017 marque aussi le 60e anniversaire du Conseil des arts. À la création de ce dernier en 1957, le paysage culturel du pays était un peu morne. Les organismes artistiques étaient très peu nombreux, concentrés dans quelques grands centres urbains. Et l’an dernier, grâce à l’aide financière du Conseil, quelque 2 200 organismes et 2 000 artistes ont placé l’art au cœur de la vie des Canadiens dans plus de 1 900 localités, grandes et petites. Aujourd’hui, avec notre budget accru, nous pouvons investir de manière plus stratégique afin que l’écosystème artistique prenne encore plus d’ampleur. Simon Brault fournira plus de détails à ce sujet dans ses observations.

Cependant, célébrer un anniversaire représente pour le Conseil des arts plus que de la nostalgie. C’est l’occasion de se tourner vers l’avenir et de s’efforcer de toujours exercer une plus grande influence.

Au cours de la dernière année, le Conseil a repensé son modèle de financement. Il a créé six programmes nationaux non axés sur des disciplines artistiques. Il s’est restructuré en conséquence et a modernisé ses systèmes au moyen d’un nouveau portail pour les demandes de subventions et d’un nouveau site Web.

Ce genre de transition exige un conseil d’administration solide. J’aimerais donc remercier mes cinq collègues administrateurs d’avoir généreusement apporté leur expertise, en particulier sur le plan de la stratégie et de la surveillance du risque.

Il y a un certain nombre de sièges vacants sur le conseil d’administration. Ces sièges seront comblés par le nouveau processus de mise en candidatures du gouvernement du Canada. Nous accueillons favorablement ce mode plus transparent et nous sommes convaincus que notre conseil d’administration restera fort et diversifié.

Le Conseil a été choisi comme finaliste pour le prix d’excellence en gouvernance de la Governance Professionals of Canada (anciennement connue sous le nom de Canadian Society of Corporate Secretaries) dans la catégorie du meilleur engagement par une équipe de gouvernance.

C'est un des nombreux moyens utilisés par le Conseil pour « passer de la parole aux actes » en rehaussant notre influence et celle des arts sur la société canadienne. J’aimerais souligner quelques autres exemples concrets de collaborations en dehors des arts afin de maximiser notre financement, et pour que les arts soient à l’avant-garde des enjeux qui changent la vie des Canadiens.

Voici tout d’abord une anecdote qui me tient à cœur… En novembre dernier, la Chaire UNESCO sur la diversité des expressions culturelles a vu le jour. Vous savez peut-être que la Commission canadienne pour l’UNESCO, un réseau de réseaux consacré à l’équité, à la viabilité et à la paix, fait partie du Conseil des arts. Le lancement a eu lieu au nouveau pavillon du Musée des beaux-arts du Québec, une construction que j’étais fier de parrainer par mon travail philanthropique. L’occasion, celle de célébrer la diversité et les droits culturels, en étant entouré d’œuvres d’art inuites dans un lieu public, représentait l’expression parfaite du rôle que joue l’art dans la vie publique.

L’un des grands jalons de l’année 2016 fut bien sûr la publication du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation sur la tragédie des pensionnats indiens, dont les effets se font toujours sentir. Avant ce rapport, le Conseil des arts avait lancé son initiative de réconciliation, qui vise à créer, par les arts, un dialogue entre Autochtones et non-Autochtones. À la fin de cette assemblée, nous aurons l’honneur de recevoir l’une des spectaculaires portes perlées de Samuel Thomas, une œuvre très évocatrice et puissante réalisée par l’entremise de cette initiative.

Récemment, nous avons annoncé un ensemble de nouveaux projets financés par l’initiative en question et rendus possibles grâce à la collaboration de fondations partenaires : la fondation de la famille J.W. McConnell et le Cercle sur la philanthropie et les peuples autochtones au Canada.

À peu près à la même époque l’an dernier, des localités d’un peu partout au pays accueillaient la première vague de réfugiés syriens. Cela faisait partie de l’engagement du gouvernement fédéral d'accueillir plus de 25 000 réfugiés au Canada.

Le Conseil des arts a donc créé, avec la Financière Sun Life, son initiative Les arts accueillent les réfugiés. Nous avons ainsi accordé des subventions à plus de 40 organismes à l’échelle nationale pour permettre aux réfugiés syriens d’avoir accès à ce qui se fait de mieux dans le domaine artistique au Canada. Vous avez peut-être vu quelques-unes des photos prises à ces activités avant le début de l’assemblée. Je félicite le milieu des arts pour l’enthousiasme dont il a fait preuve en adoptant cette initiative. Et je remercie ma collègue administratrice Isabelle Hudon pour le rôle qu’elle a joué dans le dossier.

Je voudrais enfin mentionner les Jeux de la Francophonie. Le Conseil des arts a collaboré une fois de plus avec le ministère du Patrimoine canadien afin de constituer l’équipe canadienne pour le volet culturel de ces jeux de style olympique. Ceux-ci se tiendront cette année à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Pour la toute première fois, le comité international de sélection a choisi de jeunes artistes canadiens pour participer à toutes les disciplines artistiques. Cela témoigne de la qualité de leur travail et je sais qu’ils nous rendront tous fiers.

L’année 2017 sera incroyable pour les arts. De plus, les citoyens de tout le pays ressentiront les liens, la mobilisation et l’inspiration que généreront ces projets emballants. Nous promettons de continuer à renforcer l’influence des arts. Et nous sommes impatients de collaborer avec vous pour y arriver.

Et maintenant, j’ai le plaisir de vous présenter une prestation qui saura nous stimuler et nous inspirer. Voici donc le trio Cris Derksen – avec la violoncelliste et compositrice en nomination pour un prix Juno Cris Derksen, le batteur Jesse Baird et le danseur Nimkii Osawamick.

Pierre Lassonde
Pierre Lassonde

Président, Conseil des arts du Canada

Mots-clés Pleins feux Discours