Skip to main navigation Skip to main content
  1. Accueil
  2. Financement
  3. {Ré}conciliation

Un partenariat novateur qui mise sur les arts pour {ré}concilier passé et avenir et susciter de nouveaux dialogues entre les peuples autochtones et non autochtones du Canada.

Élaborée par le Conseil, la Fondation de la famille J.W. McConnell et le Cercle sur la philanthropie et les peuples autochtones au Canada en prévision du rapport final des recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada. L'initiative vise à promouvoir la collaboration artistique entre les artistes autochtones et non autochtones, en investissant dans le pouvoir des arts et de l'imagination pour nourrir le dialogue, la compréhension et le changement.

Découvrez les projets

Plus d'info
Opening the Doors to Dialogue

Opening the Doors to Dialogue

Samuel Thomas

Opening the Doors to Dialogue est un projet collaboratif d’artistes, d’organismes, d’anciens et de membres de collectivités autochtones et non autochtones. Des survivants des pensionnats y côtoieront leurs descendants et le grand public. Des séances de perlage permettront d’emperler de 4 à 6 portes récupérées dans des pensionnats de partout au Canada. Ces séances susciteront des échanges culturels ouverts au fil de la création commune d’une œuvre d’art monumentale.

Le dialogue né de ce processus créatif devrait permettre d’ouvrir les portes au processus de guérison. Ce projet ne se limitera pas à nouer le dialogue entre une poignée de personnes autour d’une création artistique. Dans les années à venir, il entretiendra ce dialogue auprès des milliers de personnes qui verront l’œuvre et l’exposition publique. Le projet est mené par Samuel Thomas [Cayuga des Six Nations de la rivière Grand], chercheur, artiste et enseignant en perlage iroquois.

Photo: Samuel Thomas

Plus d'info
This is What I Wish You Knew

This is What I Wish You Knew

Mi’kmaw Native Friendship Centre

This is What I Wish You Knew réunit 50 artistes – jeunes, adultes et anciens – de diverses communautés autochtones à Halifax pour qu’ils explorent leurs identités collectives et personnelles et créent des récits sur ce qu’ils aimeraient que vous sachiez. Formée de tuiles individuelles associées aux films sur chacun des artistes, une murale d’argile interactive de 30 m de diamètre présentera le parcours de chacun. L’œuvre vise à favoriser une meilleure compréhension, à créer un espace de dialogue et à jeter les bases de la réconciliation.

En multipliant les occasions de nouer des liens fondés sur le respect et la compréhension entre les collectivités par le biais de l’art et des médias sociaux, le projet enrichira les échanges et la réflexion sur la conciliation/réconciliation de tous les citoyens autochtones et non autochtones et suscitera un engagement personnel envers les réalités vécues de ces artistes autochtones. Le projet est mené par Pamela Glode-Desrochers, directrice générale du Mi’kmaw Native Friendship Centre (un organisme installé dans le quartier North-End d’Halifax), en collaboration avec Amy Bombay (soutien universitaire), Dorrie Brown (soutien à la réalisation de la murale), Yvonne Mosley (soutien à la réalisation des films) et Carla Taunton (soutien artistique/universitaire).

Plus d'info
O k’inadas

O k’inadas

Ashok Mathur

O k’inadas est un projet à plusieurs volets qui réunira, à l’été 2016, des artistes de différentes disciplines artistiques à l’occasion d’une résidence de six semaines en juillet et en août, en vue de produire de nouvelles œuvres individuelles et collectives traitant de la complexité de la réconciliation.

À long terme, ce projet débouchera sur une exposition itinérante et sur la publication d’un ouvrage d’envergure. Les artistes, surtout des Autochtones, seront appuyés de participants non autochtones issus en grande partie de collectivités racialisées – ce qui fera un contrepoids à la structure habituelle des discussions sur la réconciliation qui réunissent la plupart du temps des Blancs et des Autochtones. Ce groupe différent constituera une contribution vraiment exceptionnelle en matière de réponses au colonialisme qui devrait permettre l’émergence d’un nouveau paradigme créatif autour de la réconciliation. C’est un groupe de conservateurs, artistes et écrivains autochtones qui dirigera le projet, en collaboration avec des partenaires non autochtones en vue de produire un corpus marquant d’œuvres transcendant la politique colonialiste et la création artistique.

Photo: Deux membres du projet O k'inadas Ayumi Goto et Peter Morin lors d'une performance continue en hommage aux marcheurs Nishyuu.

Plus d'info
Denendeh Mural/Concert

Denendeh Mural/Concert

Denendeh Mural/Concert

Un projet qui réunira 9 artistes dénés, inuits et inuvialuits en vue de mettre sur pied un concert de nouvelle musique et de créer une grande murale publique en hommage aux survivants des 14 pensionnats des Territoires du Nord-Ouest.

Une célébration de notre résilience culturelle à titre d’Autochtones nordiques qui sera présentée en 2017, lors de la Journée nationale des Autochtones, grâce à une célébration publique, au dévoilement de la murale et à un concert dans le centre-ville de Yellowknife (T. N.-O.). Le concert, la murale et l’ensemble de la démarche artistique seront enregistrés par le cinéaste déné Amos Scott. Une vidéo sera produite et sera largement diffusée dans les médias sociaux.

Photo: Melaw Nakehk'o

Plus d'info
Stories from the Land

Stories from the Land

Ryan McMahon

Récit du territoire est une série de 12 contes en direct qui se dérouleront dans tout le pays. Ils mettront en contact le public et des conteurs autochtones faisant le récit de leur (dé)connexion par rapport aux lieux dont ils sont originaires.

Par le biais de ces contes personnels et puissants et intimistes, les spectateurs/auditeurs auront accès à des récits et des réalités personnels. Ces récits vont lier notre passé à notre présent. Ils seront enregistrés, édités et diffusés avec un accompagnement sonore. Grâce à l’environnement audio, ces histoires seront traitées comme des œuvres d’art médiatiques plutôt que comme de simples contes vivants. Elles vont mettre en valeur autant la vision traditionnelle que contemporaine (passé et présent) – puisqu’elles sont liées avec notre relation à la terre, et qu’elles transmettent des enseignements spirituels et philosophiques sur la connexion espace-temps. Ce sera également des occasions de partager rires et témoignages déchirants que notre présence sur cette terre a pu ou peut générer.

Photo: Ryan McMahon

Plus d'info
Driveabout

Driveabout

Reno Couchie et Dermot Wilson

Pour le projet Driveabout (ou un Anishinaabe et un Artsnaab réalisent une vidéo et se demandent si les choses ont véritablement évolué), les artistes Reno Couchie et Dermot Wilson produiront un reportage vidéo, photographique et audio sur leurs aléas tout au long du périple qui les a menés à travers le pays au cours de l’été 2016.

Ils enregistreront leurs rencontres avec des amis qui les ont invités. En chemin, ils prévoient également visiter leurs communautés, afin de voir ce qui s’y passe « maintenant que nous sommes tous réconciliés » et pour s’intéresser à cette conviction selon laquelle nous nous dirigeons vers un mieux-être. Driveabout entend faire résonner de nouveaux messages d’espoir – ce qui pourrait finir par nous convaincre (ainsi que quelques participants au projet) que, malgré les réticences et les critiques savantes sur des solutions politiques à des problèmes sociaux trop réels, nous sommes bel et bien engagés sur la voie d’un renouvellement de nos relations et peut-être même d’un respect mutuel.

Photo: Residential School Prisoner, Reno Couchie, collage numérique (2012)

Plus d'info
Exposition d’art netsilik à Gjoa Haven

Exposition d’art netsilik à Gjoa Haven – communauté du Nunavut – sur les conséquences de la période des pensionnats au sein de la collectivité inuite

Nattilik Heritage Society

Ce projet recueillera les réflexions actuelles de cette petite communauté sur une période qui a déchiré profondément sa population, par le biais d’une forme d’art de tendance expressionniste, connue sous le nom d’art netsilik (nattilik).

Le projet vise à présenter cette sombre période et ses répercussions selon les diverses perspectives de la collectivité inuite. Les créateurs seront des survivants du système des pensionnats ainsi que des artistes d’autres générations ayant une expérience vécue de la conciliation et de la réconciliation. L’exposition sera présentée au Nattilik Heritage Centre de Gjoa Haven (à 2 000 km au nord de Winnipeg) et dans des musées de diverses villes et provinces canadiennes. La Nattilik Heritage Society, un organisme inuit à but non lucratif, administrera ce projet. Des artisans et des artistes établis de la communauté, notamment Helen Kaloon, Joseph Suqslaq et Uriash Puqiqnak, prendront part au projet.

Photo: Joseph Suqslaq

Plus d'info
#callresponse

#callresponse

Collectif de Tarah Hogue, Maria Hupfield et Tania Willard en collaboration avec Christi Belcourt, Ursula Johnson et Laakkuluk Williamson-Bathory

#callresponse est un projet à volets multiples sur le travail socialement engagé de femmes autochtones, travail reconnu comme essentiel à la force et à la guérison de leurs communautés. Prenant le bâton de parole comme emblématique de l’importance du dialogue communautaire, #callresponse présente cinq projets-performances qui seront ancrés dans des lieux précis et qui feront appel à la collaboration entre les personnes, les collectivités, les institutions et les territoires.

Pour stimuler les discussions et créer des liens entre les endroits géographiquement éloignés, le projet utilisera une plateforme en ligne, le mot-clic #callresponse dans les médias sociaux et un site web. Une exposition aura lieu à la grunt gallerie et offrira une programmation connexe et un catalogue. Ce projet est codirigé par Tarah Hogue [Française/Hollandaise/Métisse], Maria Hupfield [Anichinabée] et Tania Willard [Secwepemc]. Les cinq artistes principales au cœur de ce projet travaillent toutes au sein de peuples autochtones à divers endroits en Amérique du Nord : Maria Hupfield à New York [É.-U.], Tania Willard en territoire secwepemc [C.-B.] ; et les artistes invitées Christi Belcourt [Métisse] à l’île Manitoulin [Ontario], Ursula Johnson [Micmacque] à Vancouver [C.-B.] et Laakkuluk Williamson-Bathory [Inuite] à Iqaluit [Nunavut].

Photo: Ursula Johnson, Ke'tapekiaq Ma'qimikew: The Land Sings, Cape Breton Visitation, 2015. Photo: Dr. Marcia Ostashkewski.

Plus d'info
Projet de film sur la réconciliation

Projet de film sur la réconciliation

Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada / First Nations Child & Family Caring Society of Canada et Productions Cazabon

Initiative conjointe de Cindy Blackstock, directrice générale de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada, et de la réalisatrice Andrée Cazabon, ce projet de film sur la réconciliation propose un documentaire de 22 à 40 min et une campagne multimédia destinée aux enfants et fondée sur le rapport de la Commission de vérité et réconciliation (CVR).

Le film s’adressera à l’ensemble de la société canadienne afin de susciter la réconciliation. Conçue pour les plus jeunes, la campagne associée au film proposera la production d’une adaptation du rapport de la CVR pour un jeune public et permettra de connaître le point de vue des enfants et des jeunes. Elle sera diffusée sur les médias sociaux et dans les écoles de tout le Canada grâce aux réseaux étendus déjà établis lors de la précédente campagne auprès des enfants par la Société de soutien et son équipe de réconciliation. Installée à Ottawa, la Societé de soutien est un organisme national des Premières Nations qui intervient en matière de santé, de sécurité et de bien-être auprès des enfants, des jeunes et des familles des Premières Nations du Canada. La réalisatrice Andrée Cazabon est la présidente des Productions Cazabon. Depuis 2008, sa filmographie est axée sur la sensibilisation en faveur de la réconciliation, notamment son documentaire Third World Canada.

À propos de l'initiative

L'initiative invite les individus issus de communautés inuites et métisses, des Premières Nations ainsi que les collectifs et organismes artistiques (y compris des collaborations avec des artistes non autochtones et des organisations) à soumettre des propositions de financement de projet jusqu'à 75 000 $. Les anciens candidats peuvent présenter une nouvelle proposition dans le cadre de cette initiative.

Six projets ont été sélectionnés à la suite d'un premier concours en mai 2015. Les lauréats du deuxième concours qui a fermé en juin 2016 seront annoncés en 2017.

2015 Membres du comité d’évaluation

Dr. Heather Igloliorte, professeur adjointe de l’histoire de l’art et chaire de recherché en histoire de l’art autochtone et engagement communautaire, Université Concordia, Montréal, QC

Jim Logan, Agent de programme, Service des arts visuels, Conseil des arts du Canada / Artiste, Ottawa, Ontario

Jonathan Dewar, Directeur, Centre Shingwauk et conseiller special au président de l’Université Algoma, Sault Sainte-Marie, Ontario

Nicole McDonald, Directrice des programmes, Initiatives Autochtones, La fondation de la famille J.W. McConnell, Ottawa, Ontario

Pour plus de renseignements

Si vous avez des questions, veuillez les acheminer à steven.loft@conseildesarts.ca ou composez le 1 800 263-5588 (sans frais) ou 613 566-4414, poste 5212.

Partenaires

Le Cercle sur la philanthropie et les peuples autochtones au CanadaLa Fondation de la famille J.W. McConnell