Alexandre Fecteau – Prix John-Hirsch 2013

Alexandre Fecteau, lors d’une répétition au Théâtre du Trident.
Alexandre Fecteau, lors d’une répétition du Rhinocéros d’Eugène Ionesco au Théâtre du Trident. (Photo : Jasmin Robitaille / diese.ca.)

L’auteur et metteur en scène Alexandre Fecteau est l’une des figures de proue de sa génération. Sur ce point, la critique et le public sont unanimes. L’originalité de sa démarche transforme le théâtre en un lieu de réelle rencontre entre le spectateur et les acteurs.

Vers un théâtre utile

Le parcours d’Alexandre Fecteau est à l’image du théâtre qu’il propose : particulier et multidisciplinaire. Détenteur d’un baccalauréat en philosophie et d’une maîtrise en théâtre de l’Université Laval et d’un baccalauréat interdisciplinaire en arts de l’Université du Québec à Chicoutimi, Alexandre Fecteau maîtrise avec une intelligence pénétrante les multiples mécanismes et procédés de la représentation et en réinvente les codes. Influencé par le renommé groupe Gob Squad en Angleterre, auprès duquel il a fait un stage, et alimenté pas une curiosité insatiable, Alexandre Fecteau propose des spectacles multidisciplinaires où la passivité est interdite à tous. Fecteau propose en fait un jeu délirant où tous, acteurs et spectateurs, doivent participer. Dès sa première pièce, L’étape, un docu-théâtre, les spectateurs sont les passagers de cette expérience de covoiturage. Acclamé à sa présentation aux Chantiers du Carrefour international de théâtre de Québec, le spectacle est repris au Périscope.

Nous sommes ici

En 2008, Alexandre cofonde le collectif Nous sommes ici, dont le nom résume l’approche du groupe. Ce qui se déroule sur scène n’appartient pas à la fiction, mais à ce « nous » qui vit ensemble une expérience inspirée et inspirante, tirée du moment « ici » présent. L’interactivité et l’immédiateté sont tellement fortes que le terme « docu-théâtre » s’impose une fois de plus. Avec le spectacle-fleuve de trois heures Changing room, un docu-théâtre (présenté au Périscope, puis à l’Espace libre et au Centre national des arts), Fecteau nous propose une réelle immersion dans l’univers des drag queens. Que ce soit avec le No Show (présenté au FTA 2014) ou, encore, avec sa mise en scène du Rhinocéros de Ionesco (qui a marqué sa première incursion dans un théâtre dit institutionnel, Le Trident), Alexandre Fecteau fait avancer les arts vivants avec une maturité impressionnante.

Prix John Hirsch 2013.

En 2013, Alexandre Fecteau recevait le prix John-Hirsch du Conseil des arts du Canada pour ses réalisations exceptionnelles.

Ce prix (6 000 $) reconnaît le talent de jeunes metteurs en scène, dont le travail préfigure des accomplissements majeurs sur le plan de l’excellence et de la vision artistique. Deux prix de 6 000 $ sont attribués tous les deux ans, à chacune des communautés théâtrales anglophone et francophone respectivement. Arianna Bardesco est la gagnante anglophone du prix John-Hirsch 2013.

mars 2014